Formulaire de recherche

Les pro et les anti-Wenger se battent sous le ciel anglais

Arsène Wenger

© Copyright : DR

Posté le 19/03/2017 à 21h32 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. La nette défaite des Gunners, samedi, à West Bromwich Albion (1-3), a précipité l’entraîneur d’Arsenal, Arsène Wenger, dans l’œil du cyclone. Pourtant, son départ divise les supporters qui l’ont fait savoir par la voie d’une bataille aérienne.

Jamais l’avenir du Français à la tête d’Arsenal n’a été autant questionné, et cela risque de ne pas s’arranger, indique le quotidien français L’Equipe du 19 mars. Après une double humiliation face au Bayern (5-1 à l’aller et 5-1 au retour) en huitièmes de finale de la Ligue des champions et quatre défaites successives, le front anti-Wenger a les coudées franches pour apporter l’estocade au technicien français.

Humour british oblige, les pro et les anti-Wenger se sont livré une bataille aérienne dans le ciel anglais. En effet, un avion a survolé le stade des Hawthorns, au début du match entre West Bromwich Albion et les Gunners ce samedi, trainant une banderole. «No contract, Wenger out (pas de contrat, Wenger dehors)», ont pu lire les spectateurs en levant la tête vers les nuages. Mais, quelques minutes plus tard, ce sont les supporters du manager londonien qui ont répliqué avec une autre bannière déployée et dévoilant ce message : «In Arsène we trust (En Arsène, nous croyons).»

Arsene Wenger, qui bénéficie de l’appui total de la direction du club, pourrait rempiler au grand dam des supporters. Selon la presse britannique, le propriétaire américain d’Arsenal, Stan Kroenke, a déjà proposé une prolongation de deux ans à l’Alsacien.

Une décision qui risque de mettre les supporters en colère. Les supporters des Gunners qui reconnaissent au coach français le mérite de leur avoir offert trois titres de champion d’Angleterre et une finale de Ligue des champions. Mais après vingt ans de bons et loyaux services, certains sont lassés de ses méthodes et de son manque d’investissement sur le marché des transferts. Lors de la conférence de presse qui a suivi le match, le technicien français, en poste depuis près de 21 ans à Arsenal, mais en fin de contrat en juin, a déclaré à la presse : «Je sais ce que je vais faire dans l’avenir et vous le saurez très bientôt». Affaire à suivre.

Posté le 19/03/2017 à 21h32 Par Fayçal Ismaili