Formulaire de recherche

Athlétisme : préparation chaotique de l’équipe nationale

Mailla Akkaoui

© Copyright : DR

Posté le 09/03/2017 à 22h10 par Ismail El Fassi (Mise à jour le 09/03/2017 à 22h31)

Kiosque360. À quelques semaines du Championnat du monde de cross-country, le torchon brûle entre le directeur technique national, Ayoub El Mendili, et l’athlète Malika Akkaoui qui a écopé d’une expulsion de l’équipe nationale.

La spécialiste du 800 m et 400 m, Malika Akkaoui, ne fait plus partie des projets du directeur technique national (DTN), Ayoub El Mendili. Ce dernier vient de l’expulser de l’équipe nationale, de l’Académie internationale Mohammed VI d’athlétisme d’Ifrane, ainsi que de l’Institut national d’athlétisme basé à Rabat, informe le quotidien Al Massae dans son édition du 10 mars.
 
A quelques semaines du Championnat du monde de cross-country qui aura lieu à Kampala, en Ouganda, la liste définitive de l’équipe nationale qui va y prendre part n’est toujours pas clairement identifiée, informe Al Massae, qui poursuit que la grogne est telle qu’Ayoub El Mendili s’est déplacé en catastrophe à l’Académie internationale Mohammed VI d’athlétisme d’Ifrane pour mettre de l’ordre dans la préparation de l’équipe nationale.
 
Quant à l’éviction de Malika El Akkaoui, Ayoub El Mendili a déclaré à Al Massae que l’athlète n’affiche aucun respect pour les choix du technicien national ni pour le programme des entrainements et refuse d’être dirigée par le coach national, Karim Ait El Haj. Des attitudes qui justifient son expulsion de l’équipe nationale.
 
Pour sa défense, Malika El Akkaoui a rejeté les accusations d’Ayoub El Mendili en rappelant sa première place remportée dans la course du 800 m dans le meeting de Metz avec un chrono de 2min91s, obtenant ainsi la cinquième place dans le classement mondial de la distance. Selon El Akkaoui, cet exploit la rend éligible pour participer au cross court (distance de 6 km) lors du Championnat du monde en avril prochain.
 
El Akkaoui a également déclaré à Al Massae qu’Ayoub El Mendili aurait menacé de lui coller une affaire de dopage. Ce qui pourrait lui valoir huit ans d’expulsion par la fédération. Pour le moment, les deux parties attendent l’arbitrage de la Fédération royale marocaine d’athlétisme qui doit mettre de l’ordre dans la préparation au Championnat du monde de cross-country.

Posté le 09/03/2017 à 22h10 Par Ismail El Fassi