Filinfo

Athlétisme

Caster Semenya perd contre l'IAAF

© Copyright : DR
Contrainte à réduire son taux de testostérone par la Fédération internationale d'athlétisme, l'athlète Sud-Africaine Caster Semenya a porté l'affaire devant la justice sportive. Le Tribunal Arbitral du Sport a choisi de la débouter.
A
A

Une athlète peut-elle être discriminée pour ce qu'elle est? Désormais oui. C'est le sens de la décision du Tribunal Arbitral du Sport, qui vient de débouter la Sud-Africaine Caster Semenya, dans sa requête contre l'IAAF.

La double championne olympique du 800 m avait été sommée par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) de réduire son taux de testostérone jugé trop élevé. Elle avait ensuite déposé un recours auprès du TAS pour dénoncer cette injonction.

Ce mercredi, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a rejeté sa requête, validant ainsi le nouveau réglement de l'IAAFqui oblige les athlètes hyperandrogènes (affichant un excès d'hormones sexuelles mâles) à prendre des médicaments pour faire baisser leur taux de testostérone afin de participer aux épreuves internationales allant du 400 m au mile (1.609 m). 

Un jugement discriminatoire qui pénalise l'athlète féminine pour ce qu'elle est depuis toujours, sans dopage ni tricherie. Si elle a choisi de ne pas commenter ce jugement, la Sud-Africaine a fait savoir qu'elle comptait faire appel. 

Caster Semenya n'est pas la seule athlète affectée par cette nouvelle règle. Les médaillées de bronze et d'argent sur 800 m aux JO de Rio en 2016, Francine Niyonsaba (Burundi) et Margaret Wambui (Kenya), également dans la ligne de mire, devront se plier au nouveau règlement.

De son côté, l'IAAF avance que si des athlètes avec des différences de développement sexuel présentent des niveaux de testostérone masculins, il est nécessaire de préserver l'équité de la compétition féminine et donc de demander à ces athlètes de réduire leur taux de testostérone avant une compétition internationale. 

Depuis dix ans, Caster Semenya accumule les récompenses, triple championne du monde (2009, 2011, 2017) et double championne olympique du 800 m (2012, 2016). Qu'en sera-t-il à partir de maintenant?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Athlétisme ligue de diamant
Athlétisme ligue de diamant

Semenya et les Américains mettent Ahizoune dans l’embarras

Athlétisme Meeting de Rabat
Athlétisme Meeting de Rabat

Caster Semenya accuse Abdeslam Ahizoune

Athlétisme diamond league
Athlétisme diamond league

Ahizoune s'y prend trop tard pour Semenya


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Khawa Khawa

Les femmes aux fourneaux, les cons à la radio

Et merde!

Par ici la baballe: on ne s’en foot plus!

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

Coulisses du divorce FRMF-Renard

Ahmad Ahmad passe outre le TAS

Candidatures illégales à la tête de la FRMA?

Eriksen et Van de Beek visés par le Real

Présidents endettés et membres de la FRMF

Mahrez, un Fennec vert de rage

Hadji favorable aux joueurs de la Botola

Vers un divorce Renard-FRMF sans coût?

44 matchs avec les Lions de l'Atlas et s'en va

La CAF rouvre le dossier du scandale de Radès