Filinfo

Athlétisme

Doha, les pires mondiaux d’athlétisme

© Copyright : DR
Kiosque360. Températures suffocantes, tribunes vides, dopage, soupçons de corruption, les championnats du monde d’athlétisme qui se sont déroulés à Doha ont laissé un goût particulièrement amer chez les amoureux du sport. Retour en 4 points sur un fiasco.
A
A

Les championnats du monde d’athlétisme ont pris fin ce dimanche. Et les critiques continuent de fuser en direction des responsables de ces mondiaux ainsi qu’à l’endroit de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), rapporte le site Francetvinfo.fr dans un article publié ce lundi 7 octobre. Le média français liste les quatre tares à retenir de cet événement.

Le mauvais choix porté sur le Qatar

En 2014 déjà, à l’annonce de la désignation de ce minuscule émirat du Golfe comme pays hôte des championnats du monde d’athlétisme, les critiques ont fusé. Pire, le patron de l’IAAF de l’époque, le Sénégalais Lamine Diack, a été mis en examen pour corruption par la justice française avec le directeur général de BeIN Sports, Yousef Al-Obaidy. Ce dernier aurait versé la somme de 3,5 millions de dollars au fils de Lamine Diack.

Des tribunes désespérément vides

Si lors des deux derniers jours de la compétition, les tribunes du stade Khalifa paraissaient remplies, notamment grâce à la mobilisation d’ouvriers venus d’Afrique de l’Est, le début de la compétition n’a pas vraiment drainé les foules, y compris lors du marathon ou encore du tour d’honneur des athlètes.

Une chaleur suffocante

Même si les mondiaux d’athlétisme, qui ont habituellement lieu lors de la première semaine d’août, ont été pour l’occasion reportés à fin septembre-début octobre, il a fait tout de même très chaud à Doha, avec des températures avoisinant les 40 degrés et un taux d’humidité plafonnant à 75%. De quoi user les organismes des athlètes, dont beaucoup ont dû abandonner.

Soupçons de dopage

L’entraîneur Alberto Salazar a été suspendu lors de ces mondiaux pour dopage. Il était pourtant soupçonné depuis fort longtemps de pousser ses athlètes à se doper. Mais aucun de ses poulains n’a été suspendu. Pourtant, sept d’entre eux étaient présents à Doha, dont la double championne du monde du 1.500 et 10.000 m, Sifan Hassan.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Athlétisme Mondiaux de Doha
Athlétisme Mondiaux de Doha

Malika Akkaoui tacle la DTN de la FRMA

Athlétisme Mondiaux de Doha
Athlétisme Mondiaux de Doha

La guerre des entraîneurs plombe l’athlétisme

Athlétisme Mondiaux de Doha
Athlétisme Mondiaux de Doha

El Bakkali ou la dernière chance de médaille


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, il ne faisait pas “trop chaud” à Doha

Gullit ne comprend rien aux Marocains

Kiosque

Le handballeurs marocains se préparent pour la CAN 2020

Les joueurs locaux répondent à Vahid

Le Raja joue 4 matchs en 10 jours

Ronald Koeman de retour au Barça?

La Botola solde certains retards

Alerte aux supporters tunisiens

Les Locaux face à l'obstacle algérien

Pogba au Real, ce n'est pas pour demain

Les sportifs paieront l'impôt

Verdict du TAS en novembre pour WAC-EST