Formulaire de recherche

Dopage. Christoph Harting: "Le président du CIO,Thomas Bach, doit démissionner"

Christoph Harting

Christoph Harting lors des Jeux de Rio, le 12 août 2016.

Christoph Harting lors des Jeux de Rio, le 12 août 2016.
© Copyright : DR

Posté le 09/02/2017 à 15h49 par Le360 (avec AFP)

L'Allemand Christoph Harting, champion olympique en titre du lancer du disque, a appelé jeudi à la démission du président du Comité olympique international (CIO), Thomas Bach, éclaboussé à ses yeux par le scandale de dopage à grande échelle en Russie.

"Thomas Bach doit démissionner pour que le CIO ait une nouvelle tête qui défende un sport propre et reste cohérent", a déclaré l'athlète de 26 ans dans un entretien au Berliner Morgenpost.

"Les idéaux olympiques ont beaucoup souffert et ont perdu de la crédibilité ces dernières années, a-t-il poursuivi. Il y a maintenant un besoin de réformes transparentes, compréhensibles, cohérentes et durables, sinon je vois les Jeux mourir lentement jusqu'en 2040."

Ce n'est pas la première fois que des voix s'élèvent en Allemagne contre Thomas Bach, accusé de n'être pas assez ferme pour punir les cas de dopage.

Dans leur viseur, la décision du président du CIO de ne pas avoir suspendu le Comité olympique russe des Jeux de Rio en août bien qu'une enquête de l'Agence mondiale antidopage ait apporté les preuves d'un système de dopage à grande échelle en Russie.

La frère aîné de Christoph Harting, Robert, champion olympique du lancer du disque en 2012, avait notamment assuré en juillet que Thomas Bach "faisait partie du système de dopage." A contrario du CIO, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) suspend depuis 2015 les Russes des compétitions qu'elle organise.

L'IAAF a décidé de prolonger cette suspension lundi, au moins jusqu'en novembre, empêchant ainsi les athlètes russes de concourir sous leurs couleurs aux Mondiaux de Londres du 5 au 13 août prochain.

Pour Christoph Harting, les sportifs qui ont délibérément pris des substances interdites doivent être bannis à vie. "Je donnerais cependant une deuxième chance à ceux qui ont été testés positifs en ayant pris une substance interdite de manière non-intentionnelle, comme dans la nourriture par exemple", a-t-il nuancé.

Posté le 09/02/2017 à 15h49 Par Le360 (avec AFP)