Formulaire de recherche

Soufiane El Bakkali accusé indirectement de dopage

soufiane el bakkali

© Copyright : DR

Posté le 15/08/2017 à 23h25 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. Jalousie ou soupçons légitimes ? Le coach de Soufiane El Bakkali, Karim Tlemçani, fait l’objet d’une campagne orchestrée par certains athlètes l’accusant de recourir au dopage pour booster les performances du médaillé d’argent aux mondiaux d’athlétisme.

La médaille d’argent sur 3000 mètres steeple décrochée par Soufiane El Bakkali aux mondiaux d’athlétisme de Londres a attiré le scepticisme de certains athlètes marocains, indique le quotidien Assabah du 16 août, qui a relevé plusieurs accusations de dopage à l’égard de Karim Tlemçani, le coach d’El Bakkali.

Assabah évoque l’existence d’un réseau d’anciens athlètes qui sévissent sur les réseaux sociaux et qui ont accusé Tlemçani de recourir au dopage pour booster les performances de son poulain. Or, une dizaine de contrôles antidopage subis par El Bakkali avant le championnat du monde qui s’est tenu à Londres du 4 au 13 août n’avaient rien révélé de suspect.

Le quotidien rappelle qu’après sa quatrième place aux JO de Rio en 2016, El Bakkali avait fait l’objet d’une vague de dénigrement et d’accusations de dopage de la part de certains athlètes marocains. Assabah rajoute que ces athlètes auraient usé de leurs relations au sein de l’Agence mondiale antidopage (AMA) pour faire subir à El Bakkali plusieurs contrôles inopinés.

En réaction à ces déclarations calomnieuses à son égard, l’entraîneur Karim Tlemçani a porté plainte contre les auteurs des accusations infondées.

Malgré la modeste moisson de ces mondiaux de Londres (une médaille d’argent), le président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA), Abdeslam Ahizoune, a organisé une cérémonie d’accueil en l’honneur des athlètes qui ont pris part à ce tournoi. Lors de son allocution, Ahizoune a demandé aux athlètes de redoubler d’efforts pour se préparer aux mondiaux 2019 et aux JO 2020 à Tokyo.

Ahizoune a également mis l’accent sur la nouvelle stratégie de la FRMA qui va donner prochainement ses fruits en raison de la multiplication des centres de formation des futurs talents tant attendus depuis la génération de Hicham El Guerrouj dans les années 1990.

Posté le 15/08/2017 à 23h25 Par Fayçal Ismaili