Filinfo

Auto moto

GP du Brésil: Nico Rosberg, ou quand le dauphin récidive

Le pilote Mercedes-AMG Nico Rosberg, vainqueur du GP du Brésil sur le circuit d'Interlagos, le 15 novembre 2015 à Sao Paulo. © Copyright : DR
L'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) a assuré son statut de dauphin de Lewis Hamilton en remportant le Grand Prix du Brésil de Formule 1, dimanche 15 novembre à Interlagos, devant son coéquipier britannique et son compatriote Sebastian Vettel (Ferrari), encore sur le podium.
A
A

C'est la 5e victoire de Rosberg en 2015. Parti en pole position, il n'a jamais été inquiété par Hamilton, a parfaitement géré sa course, son écart en tête et ses pneus, pour remporter sa 13e victoire en F1 et assurer définitivement sa place de vice-champion du monde, comme l'an dernier.

"C'était un très bon week-end pour moi. J'ai contrôlé la course comme il fallait et je suis content", a dit l'Allemand sur le podium. Déjà victorieux à Mexico il y a 15 jours, il était le tenant du titre à Interlagos et rejoint donc au palmarès ses collègues Vettel et Felipe Massa qui ont aussi gagné deux fois à Interlagos.

"C'est un circuit où l'on ne peut pas doubler, alors si on a exactement la même stratégie, il ne peut rien se passer et c'est ennuyeux", a résumé Hamilton. Il n'a jamais gagné à Interlagos mais c'est sur ce circuit qu'il avait conquis son premier titre mondial, en 2008, au bout d'une course à suspense.

Après chaque changement de pneus de son coéquipier, il a dû s'arrêter au tour suivant pour faire la même chose. Au tiers de la course, l'Anglais a réussi à s'approcher à quatre dixièmes de seconde de l'Allemand, mais dans l'impossibilité de le dépasser à la régulière, sur ce tracé très court (4,3 km) et très vallonné, il a alors levé le pied, retombant à trois secondes de son coéquipier.

Vettel monte sur le podium pour la 13e fois de la saison, mais à 14 secondes du vainqueur, au bout de 71 tours soporifiques émaillés de trois changements de pneus par voiture en moyenne. "On espérait être plus près (des Mercedes), mais ce n'était pas le cas, et on a roulé un peu tout seuls, sans pouvoir se battre contre d'autres pilotes", a aussi regretté Vettel, qui aime la bagarre en piste.

Force India 5e des constructeurs
Les places d'honneur, au pied du podium, ont été prises par les Finlandais Kimi Räikkönen, solitaire 4e dans l'autre Ferrari, et Valtteri Bottas (Williams), 5e grâce à un excellent départ depuis la 4e ligne de la grille.

Dans le gros du peloton, la plupart des bagarres ont opposé des pilotes Toro Rosso, Sauber et Lotus, alors que le meilleur des deux pilotes Force India, Nico Hülkenberg, a terminé 6e, à un tour, et assuré définitivement la 5e place de l'écurie de Vijay Mallya au championnat des constructeurs.

Les deux pilotes locaux, le vétéran Massa (Williams) et le débutant Felipe Nasr (Sauber), n'ont pas réussi à se faire remarquer devant leur public. Ils ont terminé respectivement 8e et 14e d'une course épargnée par la pluie, à l'heure de la sieste. 

Juste avant le départ, une minute de silence avait été respectée en l'honneur des nombreuses victimes des attentats de vendredi soir à Paris, un drapeau français étant déployé par Romain Grosjean, et des accidents de la route dans le monde, à la demande de Jean Todt, le président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA).

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Auto moto GP d'Italie
Auto moto GP d'Italie

Vidéo: Lewis Hamilton roi de Monza

Auto moto Formule 1
Auto moto Formule 1

Finie la F1 pour Fernando Alonso!

Auto moto Formule 1
Auto moto Formule 1

Vidéo. Quand le malheur d'Hamilton fait le bonheur de Vettel


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Le match Raja-Enyimba aura-t-il lieu?

Les Lions piétinent, la FRMF s'inquiète

Ça se gâte entre Fathi Jamal et les Verts

Neymar compte revenir au Barça

Raouraoua fait un cadeau à l'ESS contre le WAC

La CAN 2019 tend la main aux Lions de l'Atlas

Les fédés échouent devant la Cour des comptes

La paire Costa-Grizou bute sur les salaires

Trois clubs sans stade fixe

Oussama Idrissi prochain Lion de l’Atlas?