Filinfo

Autres

Rafael Nadal offre 1 million d'euros à Majorque

© Copyright : DR
Après avoir aidé les habitants de Majorque suite aux inondations survenues en octobre dernier, Rafael Nadal vient d’effectuer un don d'un million d'euros à son île natale.
A
A

Il n’est pas seulement un grand tennisman, il est aussi un homme généreux. Rafael Nadal a offert la somme d’un million d’euros à la municipalité de Sant-Llorenç sur l'île de Majorque, touchée par de fortes inondations en octobre dernier et qui ont fait 13 morts et plusieurs blessés.

L'actuel numéro 2 mondial n’en est pas à son premier geste de solidarité envers les habitants de son île d'orgine. El Matador avait, dans un premier temps, ouvert les infrastructures de son académie à Majorque pour aider et héberger les victimes. 

Éloigné du circuit depuis sa blessure au genou droit lors de l’US Open, Nadal a également enfilé ses bottes, balai à la main et s’est mis au service des sinistrés. Quel homme! 

Lire aussi: Vidéo. Nadal au secours des sinistrés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Rajaa Laâssouli
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres Fraude fiscale
Autres Fraude fiscale

Le fisc espagnol ne lâche pas Neymar

Autres Décès
Autres Décès

L'Espagne pleure le décès d'un footballeur de 12 ans

Autres Mondial 2030
Autres Mondial 2030

Pas de Mondial avec l’Espagne pour le Maroc?


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Baptême de feu olympique pour les U23

Où vont les milliards du football marocain?

Place aux quarts des coupes africaines

Zidane rouvre le dossier Sadio Mané

124 clubs de basket soutiennent Aourach

La supercoupe, dernier espoir pour le Raja

Du renfort chez les Lionceaux U23

Mbappé et le Real négocient déjà

Le DHJ très remonté contre la FRMF

La sévérité de la FRMF décriée