Filinfo

Autres

Trophée Hassan II: la saga continue

© Copyright : DR
Le golf est devenu au fil des années l’une des multiples vitrines du Maroc à l’étranger. Retour sur un tournoi avec lequel tout a commencé.
A
A

À partir de ce lundi et jusqu’à dimanche prochain, pour avoir l’air plus affiné en arpentant les greens du Royal Golf Dar Es Salam, il est vivement recommandé de maîtriser autant le Trophée Hassan II de golf que le manuel d’histoire. Car cet événement est, en effet, un rendez-vous entre un tas de petites histoires.

Du Maroc, d’abord, qui s’étire depuis 46 ans. Une saga sans fin pour un tournoi, qui depuis sa naissance en 1971 à aujourd’hui, est devenu l’un des tournois de golf les plus prestigieux au monde, tel que souhaité par feu Hassan II.

Une fois par an, les parcours de la capitale, dessinés par le mythique Robert Trent Jones Sr et remis à niveau par James Duncan, attirent les plus grands joueurs du circuit, mais également des hommes d’affaires,des politiciens et, pour le glamour, des célébrités en tout genre.

En effet, la compétition compte à son actif la participation de véritables légendes dont Gary Player, Severiano Ballesteros, Billy Casper, Lee Trevino, Payne Stewart, Nick Price, Sam Torrance, Padraig Harington, Ernie Els et autres John Daly. Une panoplie de stars qui contribue fortement à mettre le tournoi sous le feu des projecteurs.

 

 

 

 

Vingt-deux ans après la naissance du Trophée Hassan II, le golf marocain s’enrichit d’un tournoi féminin: la Coupe Lalla Meyem. Et de sa première édition à aujourd’hui, l’épreuve attire le gotha du golf féminin mondial, telles Marie-Laure de Lorenzi, Laura Davies, Suzann Pettersen, Anika Sorenstam, Patricia Meunier Lebouc, Sophie Gustafson, Gwladys Nocera, Charlie Hull, Ariya Jutanugarn, ou encore Cheyenne Woods.

Après la disparition de feu Hassan II, le roi Mohammed VI suit les pas de son illustre père et fait du golf une véritable source de richesse en développant le tourisme sportif.

C’est ainsi qu’en 2002, l’ATH (Association du Trophée Hassan II de golf) voit le jour. Sous la présidence du prince Moulay Rachid, l’Association se donne plusieurs objectifs: développer le golf au Maroc et assurer aux tournois marocains un rayonnement international.

Pari tenu puisque, en 2010, le Trophée Hassan II comme la Coupe Lalla Meyem, font leur grande entrée dans le circuit européen PGA European Tour. Ils bénéficient désormais d’une couverture médiatique considérable qui touche plus de 650 millions de foyers sur les cinq continents.

 

 

 

 

Cette démarche permet d’accroître la notoriété du royaume comme une terre de golf. Et la décision de les faire jouer en simultanée, depuis 2010, montre bien qu’il ne s’agit pas que de sport haut de gamme, mais bel et bien de marketing et d’efficacité économique.

Cependant, pour la petite histoire, aucun joueur marocain n’a pu inscrire son nom dans le palmarès du Trophée. Si Hicham Arazi et Younes El Aynaoui ont remporté le GP Hassan II de tennis, le golf, lui, attend toujours son champion ou sa championne. 

 

Par Adil Azeroual
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres Fait divers
Autres Fait divers

Le meurtrier de la golfeuse Celia Barquin encourt la perpétuité

Autres Golf
Autres Golf

Donald Trump décore la légende Tiger Woods

Autres Golf
Autres Golf

Vidéo. La cérémonie de remise des prix à Dar Es-Salam


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Khawa Khawa

Les femmes aux fourneaux, les cons à la radio

Et merde!

Par ici la baballe: on ne s’en foot plus!

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

Quand la Botola a mal à ses "samsaras"

Vrai homonyme, fausse recrue

Le duo Ahmad-Lekjaa reprend le dessus

La CAN rapporte gros à la CAF

Un duel algéro-sénégalais indécis

Renard laisse des questions sans réponse

WAC et Raja s’arrachent les mêmes joueurs

Casablanca n'aura pas son grand stade

Coulisses du divorce FRMF-Renard

Ahmad Ahmad passe outre le TAS