Filinfo

Botola

Ça craint au CRA!

© Copyright : DR
Rien ne va plus au Chabab Rif Al Hoceima. Le président du club Abdelilah El Hattach a démissionné de son poste quelques jours seulement après la tenue de l’assemblée générale, qui n’a d’ailleurs pas été validée par la FRMF.
A
A

Le verdict est tombé! La Fédération royale marocaine de football n’a pas validé l’assemblée générale tenue par le Chabab Rif Al Hoceima le 27 juillet dernier. Et pour cause, la présence de 5 personnes seulement n'ayant aucun lien avec le club. Une première au Maroc.

Au lieu de préparer  la nouvelle AG, le président du club a choisi l’option la plus simple. Il démissionné de son poste “pour des raisons de santé”, explique-t-il dans sa lettre de démission. Le club rifain reste donc sans patron, à quelques jours du début de la Botola.

Avec un bilan catastrophique, El Hattach quitte le CRA un an après avoir pris les commandes du club. L’année dernière, l’équipe a failli se retrouver en deuxième division, avant de se sauver en fin d'exercice.

Par Hajar Toufik
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Raja de Casablanca
Botola Raja de Casablanca

Le Raja secoué par une série de démissions

Botola subvention
Botola subvention

Les clubs de la région de Casablanca reçoivent une grosse somme

Botola 1ère journée
Botola 1ère journée

Vidéo. Le Wydad débute par une victoire


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, il ne faisait pas “trop chaud” à Doha

Gullit ne comprend rien aux Marocains

Kiosque

Où se jouera Maroc-Mauritanie?

Divorce entre Fathi Jamal et Raja

La Botola aura ses bientôt ses retraites

L’OIT s’invite au Mondial 2022

Poker menteur autour de Hamdallah

Le TAS examinera les preuves du WAC

Retour sur les Galactiques avec Roberto Carols

Un optimiste prend les rênes du Sport

Selim Amallah encore indécis

L’IRT dans le collimateur de la Justice