Formulaire de recherche

Sanctions: la loi «fantôme» de la FRMF est entrée en vigueur... avant son adoption

Comité Directeur FRMF le 3-10-2017

© Copyright : DR

Posté le 12/10/2017 à 23h01 par Mohammed Ould Boah (Mise à jour le 12/10/2017 à 23h07)

Kiosque360. La nouvelle législation sur les sanctions contre les clubs de la Botola est devenue effective cette semaine. Pourtant, la commission chargée de la peaufiner et la soumettre au Comité directeur de la FRMF pour adoption n’a pas encore rendu sa copie, car elle n’a jamais tenu la moindre réunion.

La nouvelle loi régissant les sanctions à l’encontre des clubs de la Botola a été mise en branle  cette semaine, au moment où on l'y attendait le moins, car non encore adoptée officiellement. Principales victimes: le Wydad de Casablanca et l’Ittihad de Tanger.

Selon une information parue dans les colonnes du quotidien Assabah de ce vendredi 13 octobre, la Commission de discipline de la Fédération royale marocaine de football s’est appuyée sur le projet de loi de sanctions proposé par Fouzi Lekjaa à la dernière assemblée générale de la FRMF, il y a quelque trois mois à Skhirat, pour l’appliquer directement avant même son adoption.

Or la commission qui devait peaufiner cette loi, et qui est composée des très expérimentés Jamal El Kaouachi, membre de la FRMF et président de la Ligue orientale, et Hakim Doumou, président de la Ligue du Gharb, n’a jamais rendu sa copie au Comité directeur de la FRMF pour avaliser la nouvelle loi.

Il n’empêche que ce nouveau texte, qu’on croyait toujours en «stand by», est bel et bien entré en vigueur ce mercredi 11 octobre. Ainsi, le Wydad de Casablanca a écopé de 50.000 DH d’amende et un match à huis clos, après que son public a été reconnu coupable de hooliganisme au complexe Moulay Abdallah de Rabat, lors du match aller des 8es de finale de la Coupe du trône contre la RS Berkane. Le public Casablancais avait en effet fait usage de fumigènes et pris à partie les forces de l’ordre sur lesquelles il a déversé une pluie de pierres, en en blessant une dizaine.

La Commission de discipline s’est donc basée sur l’article 105 de la nouvelle loi pour punir le Wydad… mais aussi l’IRT. Le club du Boughaz a en effet écopé de 10.000 DH pour jets de bouteilles contre les arbitres de la rencontre qui a opposé l’IRT au Raja dans le cadre de la 4e journée de la Botola. L’article 89 de la nouvelle loi a été également actionné contre le même IRT, cette fois-ci pour cause de six cartons jaunes sortis durant le même match à l’encontre de ses joueurs.

Si nul n’est censé ignorer la loi, encore faut-il que celle loi soit adoptée dans les règles de l’art pour qu’elle puisse être imposable aux «justiciables». Elémentaire mon cher Watson.

Posté le 12/10/2017 à 23h01 Par Mohammed Ould Boah