Filinfo

Botola

Violence aveugle

© Copyright : DR
On casse quand on a gagné et quand on a perdu. On casse dans tous les cas. À croire que l’adversaire n’est pas l’équipe d’en face et ses supporteurs, mais bien autre chose.
A
A

Mes amis, nous allons parler football. Rassurez-vous, nous allons seulement essayer. Parce que le football, ça n’est pas que du jeu. C’est un prétexte, une porte ouverte. Nous allons donc parler un peu de football mais, en réalité, nous parlerons de tout à fait autre chose.

Oujda, capitale de l’Oriental, vient d’accueillir un derby entre les deux principales villes de la région. Le Mouloudia d’Oujda (MCO) recevait la Renaissance sportive de Berkane (RSB). Ce classico de l’Oriental, comme on l’appelle, a été préparé comme une fête. Une magnifique fête.

Il y a longtemps que la région de l’Oriental attendait cela. Pour la première fois, un trio d’arbitres venus du Sénégal allait officier dans un match du championnat marocain. Le symbole est magnifique. Autre première : le derby allait se dérouler dans le tout nouveau stade d’Oujda, remis à neuf. Enfin, devrait-on dire, parce que cela fait longtemps que Oujda et tout l’Oriental attendent d’avoir un stade digne de ce nom, digne aussi de leur rang, de leur histoire.

La fête tant attendue a eu lieu. Le public a répondu présent, plus de 20.000 personnes ayant rempli les gradins du stade. Le match en lui-même a été animé, équilibré, passionnant. Bien arbitré, disputé mais dans un bel esprit. Au final, c’est Oujda qui gagne par un petit but d’écart (1-0). Les joueurs des deux équipes s’embrassent et se quittent, les arbitres aussi…et c’est là que le cauchemar arrive. Envahissement de terrain, jets de pierre, courses-poursuites, des sièges qui volent, des sirènes de police, du feu, les filets et les poteaux arrachés, la pelouse aussi, des joueurs bloqués plusieurs heures dans les vestiaires, etc.

Tout a été saccagé. Le tout nouveau stade d’Oujda a été en partie détruit.

Pourquoi tout cela ? Pour rien. C’est gratuit, c’est aveugle. La violence est un mode d’expression. On tape et on casse pour évacuer le stress, la hogra, la haine et toute une panoplie de ressentiments accumulés dans la semaine, et peut-être dans une vie entière.

Ce qui s’est passé à Oujda n’est pas un phénomène isolé. Toutes les grandes villes, les grands stades, les grands clubs, ont connu cela. La ville de Casablanca a par exemple tellement «peur» de son public qu’elle ferme régulièrement son grand stade et oblige ses clubs à jouer dans un petit stade (petit public = petit risque) ou à recevoir loin de la ville. Le Wydad et le Raja de Casablanca ont souvent «reçu» leurs adversaires à Marrakech, Agadir, Rabat, El Jadida. Inutile de dire que, dans ce cas, la violence se déplace à son tour et touche le train, les autocars, les routes nationales, les autoroutes.

Mais nous ne sommes pas seulement devant une guerre de tranchée où chaque gang attaque l’autre. Le cas marocain est plus profond encore. Il est intéressant de noter, par exemple, que les casseurs  s’en prennent d’abord aux installations qui leur sont dédiées : les sièges, les sanitaires, les bus.

Ça veut dire que ce n’est pas forcément la haine de la défaite qui les fait bouger. Ce n’est pas seulement le goût de la bagarre. Il y a bien sûr autre chose. On casse quand on a gagné et quand on a perdu. On casse dans tous les cas.

À croire que l’adversaire n’est pas l’équipe d’en face et ses supporteurs, mais bien autre chose.

 

Par Karim Boukhari
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola 29e journée
Botola 29e journée

Vidéo. OCS-KACM gâché par des hooligans

Botola Hooliganisme
Botola Hooliganisme

Les joueurs d’Al Hoceima agressés par leurs supporters

Botola Hooliganisme
Botola Hooliganisme

Deux poids, deux mesures face au hooliganisme?


1 commentaires /

  • yasser es-sadat
    Le 10 Mar. 2019 à 12h45
    Cher Karim Boukhari, le responsabilité et la solution tiennent en 1 mot de 3 lettres : La Loi !
    Les holligans anglais ont été éradiqué par une Loi intransigeante à leur égard, et des sanctions hyper dissuasives servant d'exemple à tous les autres... Et c'est ce qui manque cruellement chez nous. La solution comme vous dites n'est pas de sanctionner les clubs à chaque débordements, ou d'isoler les matchs dans des mini-stades ou au fin fond du pays...ce sont de fausses solutions qui ne règlent pas le pb ! Le Problème est le laxisme des juges et l'absence de suffisamment de forces de l'ordre ayant ordre de réprimer sévèrement s'il le faut tout saccage ou dégradation, toute violence ou manquements à la loi dans le cadre de nos événements sportifs, culturels et autres.
    La Loi doit être revue et durcie. Les parlementaires et au 1er rang le gouvernement sont les principaux responsables de ce laxisme, car ils doivent légiférer durement et urgemment à ce sujet, mais ils sont (habitude oblige) aux abonnés absents, déconnectés de la réalité subie par les citoyens qui subissent ces vagues de sauvageries.
    Une marche nationale contre le holliganisme, et en soutien aux victimes, devrait être organisée dans toutes les villes du royaume, avant que des vies soient perdues... car chaque weekend le Maroc retient son souffle durant des heures et se prive souvent de sorties familiales ou privées de peur de ces meutes d'apprentis criminels semant la terreur dans nos rues...
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Vive l'Algérie!

Khawa Khawa

Les femmes aux fourneaux, les cons à la radio

Et merde!

Par ici la baballe: on ne s’en foot plus!

C’est nous ou c’est le foot qui nous rend comme ça?

Egorgés, dites-vous?

Au nom du maire

Violence aveugle

Kiosque

Hervé renard chassé par les médias?

Le "résultat" WAC-ES Tunis bientôt connu

Annulation de l’AG de «Sport pour tous»

Mercato explosif en Liga espagnole

Les Jeux africains évincent la Botola

Le jour j pour la fédération d’athlétisme

Renard fait ses adieux au Maroc

Le faux pas des Lions de l'Atlas expliqué

Quand la Botola a mal à ses "samsaras"

Vrai homonyme, fausse recrue