Filinfo

Botola

Après Hadraf et Nahiri, lourde sanction pour Zniti

© Copyright : DR
Trois jours plus tard, le derby fait toujours parler de lui. Anas Zniti et le Wydad sont, comme Zakaria Hadraf et Mohamed Nahiri, sanctionnés par la commission de discipline de la FRMF.
A
A

Comme Zakaria Hadraf, Anas Zniti est sanctionné par la FRMF après lui avoir adressé des gestes antisportifs lors de derby de dimanche dernier. Les deux joueurs du Raja se sont disputés à la 81e minute du match perdu face au Wydad (0-1), au Grand stade de Marrakech.

Contrairement à Hadraf, Zniti n’a pas reçu de carton rouge, mais écope de la même sanction: 3 matchs ferme de suspension et une amende de 10.000 dirhams.

Le Wydad, lui, devra s’acquitter d’une amende de 65.000 dirhams, car ses supporters ont utilisé des fumigènes lors de la même rencontre.

C’est la deuxième vague de sanctions relatives au derby. Mohamed Nahiri étant aussi suspendu pour 2 matchs. Le joueur s’est rendu fautif d’un geste violent sur Soufiane Rahimi.

Lire aussi: vidéo. Hadraf s'excuse après son dérapage

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Hooliganisme
Botola Hooliganisme

AS FAR-Raja: violences, blessures et arrestations

Botola FRMF
Botola FRMF

Hooliganisme à Oujda: les sanctions sont tombées

Botola Hooliganisme
Botola Hooliganisme

Vidéo. Les Berkanis ont mis le feu au stade


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Maroc-Argentine rapportera gros

Le Raja pense déjà à la saison prochaine

Le coach des U23 confiant face à la RDC

Pour le Real, c’est Mbappé ou rien

La FRMF veut éliminer les U23 congolais

Pour Al-Nassr, Amrabat est sa propriété

Le Raja rationalise ses dépenses

Le Barça veut traire les supporters anglais

Les Camerounais traitent Ahmad de "corrompu"

L'affaire Karnass crée de nouveaux remous