Filinfo

Botola

Fakhir saisit le TAS et réclame 10 MDH au Raja

© Copyright : le360
Kiosque360. L’entraîneur M’hamed Fakhir réclame 10 millions de dirhams comme indemnités au Raja de Casablanca, son ancien club. La Commission des litiges de la FRMF lui ayant reconnu le droit à une indemnisation qu'il juge insuffisante, Fakhir s'en remet au Tribunal administratif du sport.
A
A

Visiblement les problèmes du Raja de Casablanca n’en finissent pas. M’hamed Fakhir, l’ex-entraîneur des Verts, vient d’en rajouter une nouvelle couche, pour réclamer ses indemnités de licenciement. Ce dernier vient de saisir le TAS (Tribunal arbitral du sport) pour faire valoir ses droits face à son ancien employeur.

Selon le quotidien arabophone Al Massae du 5 juillet, l’instruction du dossier par le TAS est prévue pour ce jeudi. Avant de recourir à cette instance, Fakhir avait saisi dans un premier temps la Commission des litiges au sein de la Fédération royale marocaine de football. Cette dernière lui avait donné raison et avait chiffré à six cent cinquante mille dirhams le montant des dommages et intérêts à verser au plaignant. Ce que Fakhir a refusé.

L’ancien coach des Verts, accuse le club d’avoir rompu unilatéralement le contrat qui les liait avant son terme. Il estime à 10 millions de dirhams le montant que le club doit lui verser. Cette somme regroupe le montant convenu dans le contrat, majoré du salaire de trois mois ainsi que quelques primes: celle d’avoir conduit le club à occuper la troisième place du championnat, en plus de plusieurs primes de matchs non versées.

Pour sa part, la direction du Raja voit les choses autrement. En effet, cette dernière estime que l’entraîneur a volontairement déposé sa démission et qu’il ne peut rien réclamer au club.

Pour revenir à l’origine du différend, toujours selon Al Massae. M’hamed Fakhir avait en effet déposé sa démission à cinq journées de la fin de la Botola. Ce que la direction du Raja avait refusé verbalement. Said Hasbane, à l’époque président du club, lui avait signifié que le club tenait à lui et qu’il ne pouvait le laisser partir. En même temps, la direction du club avait refusé de rendre à Fakhir sa lettre de démission, malgré l’insistance du concerné. Seule une copie de la lettre lui a été remise. La suite, tout le monde la connait: à la fin de la saison le Raja s’est séparé de son entraîneur. Considérant que ce dernier a déposé sa démission, et que la période qu’il a passée au club après cette démission est  tout simplement un préavis légal.

Par Ismail El Fassi
A
A

Tags /


à lire aussi /

Botola Raja de Casablanca
Botola Raja de Casablanca

Raja: Benhalib, Boutaib et Sebbar rempilent, les indésirables... restent

Botola Abdelaadim Khadrouf
Botola Abdelaadim Khadrouf

Khadrouf, cet ex-Wydadi qui crée une crise sur le bateau rajaoui

Botola Raja de Casablanca
Botola Raja de Casablanca

Les joueurs du Raja refusent de s’entraîner ou de jouer après l’attaque de leur bus


1 commentaires /

  • Tarek
    Le 05 Jul. 2018 à 09h31
    Qu'a t-il fait ou rapporter ce gros au foot Marocain? Franchement rien, là où il passe c'est la cata et donne une mauvaise image du foot Marocain, il ferait mieux d'aller faire un autre métier s'il a la capacité intellectuelle...,
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

RSB-Al Masry, sans Ayoub El Kaabi

Le Raja en déplacement périlleux à Abidjan

L'Angleterre veut le Mondial 2030

Ouvriers de Qatar 2022, un souci mondial

Le WAC vise la tête du groupe C

Le DHJ de Talib défie le Sétif de Taoussi

La FIFA interdit les retards de salaires

Le Real, c'est l'Eden pour Hazard

La Maroc s'en sort avec une médaille d'or

Le MAT tourne la page Abroun