Formulaire de recherche

La CAN 2019 s’éloigne du Maroc

Cover: L’arrivée d’Ahmad Ahmad, le président de la CAF, au Maroc

© Copyright : Le360

Posté le 18/08/2017 à 21h03 par Fayçal Ismaili (Mise à jour le 19/08/2017 à 02h52)

Kiosque360. Alors que les rumeurs se faisaient de plus en plus insistantes sur un possible transfert de l’organisation de la CAN 2019 du Cameroun au Maroc, voilà qu’Ahmad Ahmad, le patron de la CAF, vient de déclarer que la confédération africaine allait faire tout son possible pour que la CAN 2019 soit une réussite au Cameroun.

Ahmad Ahmad a-t-il retourné sa veste? Le président de la Confédération africaine de football (CAF) vient d’assurer, lors d’une interview, que l’instance footballistique africaine allait tout faire pour réussir la Coupe d’Afrique 2019 au Cameroun, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du week-end (19 et 20 août). Des propos qui n’ont rien à voir avec ce qu’annonçait Ahmad Ahmad quelques semaines auparavant, puisqu’il affirmait publiquement que le Cameroun n’était pas prêt à organiser la compétition.

La compétition semble donc de plus en plus s’éloigner du Maroc, qui était pressenti pour accueillir la CAN2019 en lieu et place du Cameroun qui, après le passage de la compétition à 24 équipes, ne semblait pas détenir, en tout cas aux yeux d’Ahmad Ahmad, les infrastructures adéquates pour l’organisation d’une telle compétition. Selon Assabah, Ahmad aurait déclaré qu’avec ces conditions, le «Cameroun ne pouvait pas organiser une CAN, même avec quatre équipes». Des propos qui ont décidemment évolué dans la bouche du patron de la CAF.

La volte-face d’Ahmad intervient quelques jours après la sortie médiatique remarquée de Issa Hayatou, son prédécesseur à la tête de la Confédération africaine de football. Ce dernier, Camerounais de surcroît, avait défendu bec et ongles les capacités de son pays à organiser la compétition, estimant notamment que le Cameroun disposait de 5 stades opérationnels. «Il nous reste deux ans avant la compétition, il n’est donc pas logique que certains puissent juger si tôt de la capacité du pays à organiser la compétition», a lâché Hayatou.

Posté le 18/08/2017 à 21h03 Par Fayçal Ismaili