Filinfo

Combats

Justice: Hassan Saada est arrivé au Maroc ce dimanche

© Copyright : DR
Comme nous vous l'avions déjà annoncé, la justice brésilienne a donné son aval pour que Hassan Saada rentre au Maroc. Le boxeur marocain est arrivé ce dimanche matin à l'aéroport Mohammed V de Casablanca. Sa famille et ses amis lui ont réservé un accueil chaleureux.
A
A

Hassan Saada est au Maroc. Le jeune boxeur, qui était accusé d'agression sexuelle présumée sur deux femmes de ménage à Rio, est arrivé ce dimanche à l'aéroport Mohammed V de Casablanca.

Sa famille et ses amis lui ont réservé un accueil très chaleureux. Saada sera donc aux côtés de ses proches à partir d'aujourd'hui après avoir passé dix mois de l'autre côté de l'Atlantique, isolé à Rio.

La justice brésilienne a autorisé la remise du passeport à Saada, en annulant les mesures de restriction dont il faisait l’objet, comme l’interdiction de quitter le territoire brésilien.

Par Hajar Toufik
A
A

Tags /


à lire aussi /

Combats Arts Martiaux Mixtes
Combats Arts Martiaux Mixtes

Capsule360. Rizlen Zouak, une Marocaine bientôt à l'UFC?

Combats scandale sexuel
Combats scandale sexuel

Le taekwondo américain au coeur d'un scandale sexuel

Combats Affaire Saada
Combats Affaire Saada

Hassan Saada: «Je ne sais pas comment mon calvaire a commencé, mais je sais que je suis innocent»


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

La 23e journée sera jouée le 1er avril

Bataille juridique sur le transfert de Sala

Un Onze-type marocain contre l'Argentine

Les U23 n’iront pas à Tokyo

7000 tickets pour le match DHJ-WAC

Messi a blessé ses supporters marocains

Ziyech, le présent-absent à Tanger

Après le match, la bagarre à Temara

Messi absent à Tanger, c'était écrit

Même les Fennecs manquent un chef de file