Filinfo

Foot

Eric Abidal dément avoir acheté illégalement un foie

© Copyright : DR
Eric Abidal a réagi aux informations publiées ce mercredi, qui concernent l'achat illégal d'un foie pour sa greffe en 2012.
A
A

El Confidencial révélé que le FC Barcelone aurait acheté illégalement un foie à son ancien joueur Eric Abidal. Après les démentis du club et de sa fondation, l'ancien latéral gauche des Blaugranas a réagi sur son compte Twitter.

"Je me sens obligé de communiquer mon agacement et ma tristesse au sujet des nouvelles dévoilées aujourd'hui concernant ma prétendue transplantation hépatique illégale. Par respect pour ma famille, l'équipe médicale et tous ceux qui ont vécu une situation similaire, je voudrais sincèrement m'excuser si, à un moment donné, il y a eu des doutes. Mon cousin Gérard a donné son foie pour sauver ma vie et pour cela, je lui suis vraiment reconnaissant. Les procédures et les protocoles existants ont été suivis à tout moment et toute la documentation médicale qui le prouve est disponible". 

Par Nassim Elkerf
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Vidéo. Messi éteint Manchester United

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

En direct: FC Barcelone-Manchester United à 20H

Foot Takefusa Kubo
Foot Takefusa Kubo

Vidéo. Le Real et le Barça s'arrachent le "Messi Japonais"


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Azarou dans le rouge avec Lasarti

Redouane Jiyed, un habitué du derby

Primes aux athlètes contre obligation de résultats

Pourquoi le PSG n'y arrive plus

L'argent du sport fait polémique

Donor ouvrira pour le Wydad

Le derby casablancais attire du beau monde

Deux Africains en lice pour le Ballon d’or

La politisation du derby inquiète

Les litiges, ce n’est plus l’affaire de la FRMF