Filinfo

Foot

Liga. Pep Guardiola, l’éternel avocat du Barça

© Copyright : DR
Kiosque360. Pep Guardiola revient sans détours sur la situation de son ancien club. Il évoque tour à tour Lionel Messi, Ernesto Valverde, Luis Enrique et le parcours du Barça en Ligue des champions…
A
A

L’ancien entraîneur emblématique du club catalan est revenu sur l’actualité des Blaugrana dans une interview accordée au quotidien “L’Esportiu”, reprise par le portail “onzemondial.com” du 4 juillet. Il en ressort que Pep Guardiola est admiratif devant les joueurs et le staff technique du Barça. À commencer par l’entraineur Luis Enrique qui a mis fin à son bail avec le club: “le travail de Luis Enrique a été excellent. Avec lui, quand ils allaient bien, ils étaient quasiment imbattables. Ils ont pratiqué un très bon football”.

Mais Guardiola n’est pas l’homme à s’arrêter sur une note nostalgique, puisqu’il a également encensé Ernesto Valverde: “Tout le monde peut être tranquille. Je crois que le Barça a besoin d’un entraîneur comme Ernesto”. Et d’ajouter: “C’est un entraîneur avec beaucoup de connaissances. Ça se passera bien pour lui, comme je savais que ça allait bien se passer pour Luis Enrique”.

S’agissant de Lionel Messi, le respect de Pep reste intact envers le quintuple ballon d’or. “C’est le meilleur joueur que je n’ai jamais vu. Le meilleur de lui, ce n’est pas ce qu’il fait sinon comment il le fait, avec tant de simplicité. Le plus grand joueur n’est pas celui qui dribble trois ou quatre adversaires, c’est juste que lui le fait mieux que n’importe quel autre joueur dans le monde. Il fait tout bien. Simple, mais tout correctement. Il ne se trompe jamais”.

Concernant les difficultés du Barça en Ligue des Champions, Guardiola relativise l’élimination: “Les gens pensent que le Barça doit toujours gagner la Ligue des Champions. Il est difficile d’aller gagner à Anfield, à Stamford Bridge, en Allemagne, à Turin, à Bernabéu, à Paris». Enfin, Guardiola est revenu sur sa première saison sans titre en Premier League, s’accrochant mordicus à sa vision du football : “Tout le monde me dit : ‘Tu dois changer’. Et je leur réponds : ‘C’est vous qui devez changer’. Je ne vais pas changer parce que je ne sais pas le faire d’une autre manière. Je ne ressens pas la nécessité. Ici, comme partout, c’est onze contre onze et sur les mêmes dimensions”.

Par Fayçal Ismaili
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous