Filinfo

Foot

Vidéo. Liga: le Real s'embourbe à Levante, quatre jours avant City

Le capitaine du Real Madrid Sergio Ramos après la défaite face à Levante, le 22 février 2020 à Valence. © Copyright : AFP
Coup d'arrêt pour Zidane: l'entraîneur du Real Madrid, défait 1-0 à Levante samedi pour la 25e journée de Liga et à nouveau deuxième derrière le Barça, doit remobiliser ses troupes avant le décisif 8e de finale aller de Ligue des champions contre City, mercredi.
A
A

La pire des préparations: surpris par une superbe reprise de volée du capitaine de Levante, Jose Luis Morales (79e), les Merengues ont concédé leur deuxième défaite de Liga cette saison à Valence, la première en championnat depuis le 1-0 encaissé le 19 octobre dernier à Majorque... et abordent leur semaine la plus décisive de la pire des façons.

Ils repassent ainsi deuxièmes en Liga, à deux points derrière le FC Barcelone, et ont peut-être perdu leur attaquant belge Eden Hazard, très bon mais sorti en boitant de la cheville droite à la 64e minute, remplacé par Vinicius...

Tout ça à quatre jours de la réception de Manchester City, vainqueur 1-0 à Leicester samedi en championnat d'Angleterre, pour leur 8e de finale aller de Ligue des champions (mercredi à 20h00 GMT), et à une semaine du clasico retour de Liga contre le FC Barcelone -- large vainqueur d'Eibar ce samedi en Liga (5-0) grâce à un quadruplé de Messi -- dimanche 1er mars (20h00 GMT) au Santiago-Bernabeu.

"On se sent mal, c'est vraiment ennuyeux (cette défaite)", a tiqué Zinédine Zidane après le match. "En deux matches, nous avons perdu cinq points (après le 2-2 contre le Celta Vigo, dimanche dernier au Bernabeu). Nous avons connu de bons moments cette saison, mais les deux derniers matches sont des résultats très négatifs", a convenu le technicien.

Des convictions qui s'effondrent 

Spécialiste des opérations sauvetage, "Zizou" est donc encore appelé à la rescousse pour éteindre le départ de feu à la "Maison blanche", après ce revers inattendu chez Levante, leur deuxième math de rang sans succès.

Et ce sont toutes les convictions du Real qui s'effondrent avec cette défaite : "Zizou", qui a bâti tous ses triomphes sur une défense infranchissable, voit le rideau de la "Maison blanche", encore le meilleur de Liga (avec l'Atlético, 17 buts encaissés chacun), tomber en lambeaux petit à petit, avec sept buts encaissés lors des quatre derniers matches.

La semaine dernière déjà, la défense du Real montrait des signes de fatigue, mais le pénalty marqué par le capitaine Sergio Ramos avait estompé la prestation terne de Raphaël Varane à ses côtés.

Mais samedi soir, plus encore que lors du dernier match à domicile, la défense des Madrilènes a posé question, notamment sur l'action du but, avec un placement douteux.

Des questions en pagaille, auxquelles Zinédine Zidane devra vite apporter des réponses, sous peine de voir l'incendie grandir... en attendant le diagnostic final de la rechute possible de la blessure à la cheville droite d'Eden Hazard.

"La sensation est mauvaise. Ca n'a pas l'air d'aller. Il s'est fait mal là où il s'était blessé. Ca a été un coup, je crois. Là, il a encore mal, mais on verra demain au moment des examens médicaux", a précisé Zidane en conférence de presse d'après-match.

Le Barça, tout l'inverse 

A l'exact opposé du Real, l'éternel rival barcelonais a réussi son week-end: après quatre matches et 388 minutes sans marquer, et une semaine agitée avec le scandale extra-sportif qui a secoué le club, le sextuple Ballon d'Or Lionel Messi a relancé le FC Barcelone grâce un quadruplé (14e, 37e, 40e, 87e), son 5e en Liga, réalisé presque exclusivement sur des exploits individuels.

"C'est pour ça qu'il est le meilleur joueur du monde, parce qu'il résout des situations que les autres ne peuvent pas résoudre", l'a encensé son entraîneur Quique Setién après le match.

"Tu nous fais souffrir, tu nous tiens tête. Mais on ne peut rien faire d'autre que se lever et t'applaudir", a même salué le club basque d'Eibar sur Twitter.

Avec de telles surprises, la course en tête de Liga risque donc de continuer longtemps, bien après le clasico de dimanche prochain, qui devrait déjà donner une tendance, après le 0-0 de l'aller en décembre.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous