Formulaire de recherche

Achraf Bencharki terminera le CHAN avec l'équipe nationale

Bencharki avec les Locaux

© Copyright : DR

Posté le 26/01/2018 à 23h10 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. Achraf Bencharki pourra disputer le CHAN la conscience tranquille. Le désormais ex-attaquant du Wydad vient d’obtenir l’aval de son nouveau club, Al Hilal d’Arabie saoudite, pour continuer sa participation à la compétition africaine qui se déroule jusqu’au 4 février au Maroc.

Jamal Sellami peut pousser un ouf de soulagement. L’entraîneur de l’équipe marocaine des joueurs locaux pourra encore profiter des services d’Achraf Bencharki jusqu’au terme du parcours du Maroc en Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2018). L’attaquant prodige a en effet obtenu la permission de son nouveau club, le Hilal d’Arabie Saoudite, rapporte le quotidien Assabah de ce week-end (27 et 28 janvier). L’annonce a été faite par Karim Blaq, l’agent qui a permis le transfert de l’ancien joueur du MAS à Al Hilal.

«Al Hilal a accepté la demande. Bencharki va continuer à jouer les matchs du Championnat d’Afrique des nations avec l’équipe du Maroc», a annoncé l’agent du joueur, rapporte Assabah, qui ajoute que les derniers détails du transfert n’ont été avalisés par le trio WAC-Al Hilal-Blaq que ce vendredi 26 janvier. Si Al Hilal a accepté de laisser Bencharki terminer son parcours au CHAN, c’est également grâce à la pression du patron du WAC, Saïd Naciri, et le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa, qui ont exprimé leur désir de voir Bencharki participer au CHAN jusqu’à son terme.

Pour rappel, le transfert d’Achraf Bencharki à Al Hilal est le plus grand transfert jamais conclu par un joueur de la Botola. Le montant du transfert s’élèverait à plus de 5 millions de dollars. Assabah rappelle qu’Al Hilal avait au départ émis une offre d’un million de dollars, avant que les Saoudiens ne cèdent aux prétentions du WAC et acceptent de quintupler le montant. Le MAS de Fès, ancien club de Bencharki, empochera 25% de la somme du transfert.

Posté le 26/01/2018 à 23h10 Par Fayçal Ismaili