Formulaire de recherche

CDM 2026. Le dossier marocain n’est pas encore complet

Complexe Mohammed V

Complexe Mohammed V d'une capacité de 67.000 places.

Complexe Mohammed V d'une capacité de 67.000 places.
© Copyright : DR

Posté le 14/08/2017 à 21h56 par Ismail El Fassi (Mise à jour le 14/08/2017 à 22h35)

Kiosque360. Le Maroc aura du mal à se mesurer au dossier solide du trio USA-Canada-Mexique pour l’organisation de la Coupe du Monde 2026. Plusieurs détails ne sont pas encore à la hauteur des exigences de la Fifa.

Le Maroc a officiellement déposé, le vendredi 11 août dernier, sa candidature pour accueillir la coupe du monde de la FIFA en 2026. Le royaume est donc en attente du cahier des charges relatif à la compétition qui sera élaboré par la FIFA. Selon le quotidien arabophone Assabah daté du 15 août, un grand travail attend le Maroc notamment au niveau des infrastructures sportives. Le pays doit construire au moins 4 stades dans 4 villes différentes, selon le journal.

Pour le moment, le royaume dispose  de 5 stades répondant aux normes internationales requises par la FIFA et 3 autres sont en cours de construction, à Tétouan, Nador et Oujda. SI le Maroc doit construire de nouvelles infrastructures sportives, c’est parce que l'édition 2026 sera la première à accueillir 48 équipes contre 32 actuellement.

Du côté des USA, du Canada et du Mexique, la contrainte des stades ne devrait pas poser problème. Par contre, le royaume doit encore consolider son offre hôtelière pour pouvoir accueillir toutes les délégations et les milliers de supporteurs. C’est d’ailleurs ce qui complique la tâche pour la candidature marocaine.

Le Maroc doit aussi travailler sur la répartition géographique des stades. La région du Nord disposera d’un très grand nombre de stades. En effet, en plus de celui de Tanger, les travaux sont en cours à Tétouan, à Oujda, à Nador et à Al Hoceima. Cela dit, des villes comme Khouribga, El Jadida ou même Casablanca ne bénéficient pas de stades qui répondent aux standards internationaux.

La FIFA impose que chaque ville dispose d’au moins 4 hôtels avec des normes internationales, en plus d’un aéroport et d’un réseau routier très bien développé. Selon le quotidien, il est prévu que la FIFA, partant de tous ces critères, annonce le nom du pays organisateur le 13 juin 2018.

Posté le 14/08/2017 à 21h56 Par Ismail El Fassi