Filinfo

Foot

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

© Copyright : DR
Un club de foot, c’est comme un homme. Il peut avoir la réussite avec lui ou contre lui. Mais pas tout le temps. Et, au bout du compte, il n’a que ce qu’il mérite, rien d’autre.
A
A

Parfois, les plus belles leçons nous viennent du foot. Cette semaine, Barcelone a quitté la plus prestigieuse des compétitions européennes (la Ligue des champions), en perdant à Rome. Cataclysme mondial. Certains ont pleuré de tristesse, d’autres de joie. Dans le monde entier. Les plus tristes avaient le sentiment de perdre un père ou un ami fidèle. Les plus heureux avaient l’impression de renaitre au monde.

Ce n’était pourtant qu’un match de foot…

Barcelone, c’est l’un des deux ou trois plus grands clubs de l’histoire, c’est le club altermondialiste par excellence, qui ne fait rien comme les autres et qui a fini par incarner un symbole d’opposition (au Real Madrid franquiste et royaliste) et de fierté (la Catalogne, repaire de tous les indépendantismes). C’est aussi, depuis toujours, le laboratoire des idées nouvelles, qu’elles soient tactiques (jouer sans avant-centre) ou marketing (jouer sans sponsor maillot).
Barcelone est aussi le club qui possède le meilleur joueur du monde (Messi)…avec Cristiano Ronaldo bien sûr. Ce que Messi offre à Barcelone et à ses admirateurs dans le monde, c’est le goût de la victoire, du dépassement de soi, de la magie. Une parenthèse enchantée qui nous emporte loin du quotidien, des petits soucis personnels, du stress, des nouvelles de guerre, etc. Le temps d’un match, on oublie tout et on retombe en enfance…

Barcelone est un bol d’oxygène devenu indispensable à la moitié de la terre. Les Marocains aussi sont concernés. J’en connais personnellement qui connaissent l’histoire du club et son actualité mieux que leur propre famille. Le « pèlerinage » du Camp Nou, temple du Barça, est d’ailleurs parmi les plus courus au monde. Pour ceux qui en ont les moyens, bien entendu.
Ce n’est bien sûr que du foot, mais l’amour autour de ce club a quelque chose de religieux. Avec ses codes, ses préceptes, ses lois. 

En face, Rome, et malgré son prestige de ville éternelle, ne pèse pas grand-chose et fait pâle figure. Dans la planète foot, le duel Rome – Barcelone, c’est un peu David contre Goliath.
Alors Rome qui élimine Barcelone, c’est David qui prend le meilleur sur Goliath. C’est le monde à l’envers puisque le rapport de forces n’est pas respecté, mais c’est ce que veut le peuple. Ce choc émotionnel. Ce cataclysme. Le peuple aime les faibles quand ils triomphent. Cela transmet un formidable message d’espoir. Ça veut dire que tout est possible. Au-delà du foot, bien sûr. Dans la vie aussi, le « petit » peut aller tout en haut. Il a une chance. Ça n’appartient qu’à lui. Mais il doit y croire, déjà. Et travailler comme un fou. Alors le miracle sera possible.

Cette folle semaine de foot nous a aussi offert un dramatique Juventus – Real. On a vu comment les Italiens, pourtant battus chez eux une semaine plus tôt (0-3), ont remonté les trois buts d’écart. Un miracle là aussi. Et puis on a vu comment, au bout du temps additionnel, une injustice les a frappés : un pénalty ultra sévère concédé par le Marocain (brillant au passage) Benatia.

Les amoureux du Real, qui sont nombreux, sont heureux de rappeler que l’injustice fait partie du monde. Ils ont raison car, au bout d’une longue histoire, la somme des injustices finit bien par s’équilibrer. Un club de foot, c’est comme un homme. Il peut avoir la réussite avec lui ou contre lui. Mais pas tout le temps. Et, au bout du compte, il n’a que ce qu’il mérite, rien d’autre.

C’est le genre de leçons que nos pères nous ont appris tant bien que mal. Les livres aussi ont servi à ça, à moraliser le monde et à le présenter comme une histoire de justice, de travail et de méritocratie.
Alors oui, rappelons-nous, ça n’est que du foot, de l’opium pour les masses. Mais qu’es-ce que c’est bon, mon frère!

Par Karim Boukhari
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Les races n’existent pas

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot Chronique
Foot Chronique

Foot: l’esprit d’équipe


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Une 5e journée de Botola étalée sur 3 jours

Le Maroc combatif aux JO de Buenos Aires

Boussoufa exige 30 MDH pour être Wydadi

Antonio Conté à la rescousse du Real?

Le match Raja-Enyimba aura-t-il lieu?

Les Lions piétinent, la FRMF s'inquiète

Ça se gâte entre Fathi Jamal et les Verts

Neymar compte revenir au Barça

Raouraoua fait un cadeau à l'ESS contre le WAC

La CAN 2019 tend la main aux Lions de l'Atlas