Formulaire de recherche

Côte d'Ivoire-Maroc: les Eléphants confrontés au choc des générations

gbohouo

© Copyright : DR

Posté le 16/10/2017 à 18h33 par Nassim Elkerf

Le match qui opposera les Lions de l'Atlas à la Côte d'Ivoire approche à grands pas, et la pression monte, surtout du côté ivoirien où la victoire est impérative. Nos Lions en confiance ont besoin d’un nul, par contre les Ivoiriens, joueurs et public, ne baignent pas dans la sérénité.

Sylvain Gbohouo qui évolue actuellement au TP Mazembe aura deux affaires à conclure face au Maroc lors des prochains jours. Tout d'abord, son club devra affronter le FUS, le week-end prochain, en demi-finale retour de la coupe de la CAF après une courte victoire 1-0 à l'aller. 

Le 11 novembre, il a rendez-vous avec les Lions de l'Atlas à Abidjan, pour ce qui ressemble à une finale du groupe C des éliminatoires de la coupe du monde. Le Maroc en tête du groupe à un point devant les Éléphants n'a besoin que d'un point pour se qualifier, tandis que la Côte d'Ivoire toute entière, poussera pour une victoire des hommes de Marc Wilmots. L'ancien sélectionneur de la Belgique fait confiance à Sylvain Gbohouo, malgré les critiques, et ce dernier lui rend bien durant ses matchs. À l'approche de la rencontre, il a voulu débuter très tôt la guerre des médias, en donnant une déclaration assez provocatrice sur le site ivoirien, Fratmat.info.


Lire aussi: Gbohouo Sylvain, gardien des Éléphants: "Je n’ai pas peur du Maroc"



Mais cette confiance en soi, est-elle justifiée? La réponse est non. Sur le papier, au niveau des individualités on ne vit plus l'ère des Drogba et frères Tourés, ou encore Didier Zokora et le Gervinho virevoltant. En 2017, notre effectif n'a plus rien à envier à celui de la Côte d'Ivoire. Nos Lions sont mêmes mieux armés sur plusieurs compartiments de jeu. Donc cette confiance qui frôle l'arrogance, n'a plus lieu d'être. En contrepartie, les supporters commence à perdre confiance en leurs Éléphants, car il faut le dire, le choc des générations fait des dégâts au sein du groupe de Wilmots. Des clans se sont formés, les anciens (Kalou, Dié, Gervinho...) et les nouveaux, binationaux dans la majorité des cas (Zaha, Cornet...) ne s'entendent pas bien et manquent de cohésion sur le terrain.

"Certes, nous avons enregistré de mauvais résultats ces derniers temps, mais nous savons de quoi nous sommes capables. En toute honnêteté, cette équipe ne me fait pas peur" déclare le portier des Éléphants. Avant de se rappeler qu'en face, les Lions de l'Atlas sont dirigés par un certain Hervé Renard, qui n'est autre que l'entraîneur qui a mené la Côte d'Ivoire au sacre africain en 2015. 

"ll est en confiance, vu les résultats qu’il enregistre avec sa sélection. Mais qu’il soit sûr qu’il verra autre chose le 11 novembre" déclare Gbohouo en essayant de rassurer les supporters des Éléphants, furieux après les derniers résultats (défaite face au Gabon à domicile, et match nul face au Mali à Bamako). La Côte d'Ivoire a perdu 5 points dans sa course au Mondial, et les Lions de l'Atlas ont saisi l'occasion pour la surclasser. Le 11 novembre prochain, on ira à Abidjan avec le joker du match nul, mais Gbohouo préfère ne pas penser à sa "revanche" et oublier la frappe en lucarne de Rachid Alioui lors de la CAN 2017. 

"Ce n’est pas une revanche. Mais nous avons à cœur de nous qualifier pour la coupe du monde" conclut le gardien du TP Mazembe qui essaye du mieux qu'il peut, de rassurer le peuple ivoirien avant le choc. Car disons-le, la génération actuelle a la pression des résultats des coéquipiers de Drogba qui n'ont pas manqué de coupe du monde, avant d'être champions d'Afrique pour couronner le tout. Surtout que depuis plus de 10 ans, le peuple ivoirien s'est habitué aux bons résultats sprotifs. Espérons y mettre fin le 11 novembre prochain.
 

Posté le 16/10/2017 à 18h33 Par Nassim Elkerf