Formulaire de recherche

Coupe du monde 2018: ces fléaux qui attendent les supporters marocains en Russie

supporters marocains

© Copyright : DR

Posté le 15/05/2018 à 22h05 par Ismail El Fassi (Mise à jour le 15/05/2018 à 23h55)

Kiosque360. Hooliganisme, terrorisme, racisme et autres provocations… plusieurs facteurs peuvent gâcher la fête du football en Russie. Voici quelques conseils pour supporter les Lions de l’Atlas en toute quiétude.

Des milliers de supporters marocains feront le déplacement en Russie pour suivre les Lions de l’Atlas. Un voyage où il faut faire preuve de prudence et surtout éviter de se frotter avec les supporters des équipes adverses, indique Al Akhbar du 16 mai.

En 2016, l’Euro qui s’est déroulé en France a été émaillé par des violences provoquées par les hooligans anglais et russes. Cet été, le pays organisateur de la Coupe du monde a pris toutes les dispositions nécessaires pour éviter ces heurts dans et en dehors des stades, mais comme chaque dispositif, il est imparfait et les choses risquent d’échapper aux forces de l’ordre.

L’autre danger qui guette les supporters est le terrorisme. La Russie étant impliquée dans le conflit syrien, l’organisation terroriste Daech a annoncé qu’elle fomentera des attaques au cœur de ce pays. En avril 2017, une attaque au métro de Saint-Pétersbourg avait fait 15 morts et des dizaines de blessés, sans oublier que les autorités ont fait échouer plusieurs attaques de Daech. Alors, suivez les consignes de sécurité imposées par les autorités russes.

L’autre fléau qui guette les supporters réside dans le racisme envers les joueurs arabes et africains en particulier. A ce niveau, Al Akhbra préconise de ne pas céder aux provocations dans les stades.

Enfin, il faut suivre à la lettre les consignes de sécurité qui indiquent les documents à porter sur soi, et les lieux où il est interdit de s’assoir, d’entrer, de sortir ou de s’arrêter. Alors, respectez ces consignes et apprenez quelques rudiments de la langue russe en attendant de voyager au pays de Poutine.

Posté le 15/05/2018 à 22h05 Par Ismail El Fassi