Formulaire de recherche

Coupe du trône: Carlos Garrido a perdu ses nerfs

Garrido président

© Copyright : DR

Posté le 19/11/2017 à 21h15 par Ismail El Fassi

Kiosque360. Juan Carlos Garrido, l'entraîneur espagnol du Raja de Casablanca, a eu une altercation musclée avec un responsable de la FRMF. Récit des événements.

Ce samedi 18 novembre, le complexe Moulay Abdellah de Rabat a abrité la finale de la Coupe du trône. Une rencontre remportée par le Raja de Casablanca aux tirs au but face aux poulains de Abderrahim Talib, venus d'El Jadida.

Dans son édition du 20 novembre, le quotidien arabophone Al Akhbar rapporte l'un des points noirs de la soirée qui est l'œuvre de l'entraîneur espagnol du club casablancais, Juan Carlos Garrido. Ce dernier s'est attaqué à un responsable de la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Le différend a éclaté quand Juan Carlos Garrido a voulu faire rentrer des personnes qui ne portaient aucun badge au vestiaire du Raja de Casablanca. Le responsable fédéral a, en toute logique, refusé de donner l'accès aux personnes qui accompagnaient l'entraîneur des verts. Un refus qui n'a pas été du goût de Juan Carlos Garrido. Les personnes présentes sur place racontent qu’il a tout de suite répliqué en poussant l'autre personne.

Nos confrères du quotidien arabophone expliquent que l'entraîneur espagnol a tenté de s'excuser par la suite, quand il se dirigeait à la conférence de presse d'après-match. Le responsable fédéral a refusé les excuses de l'entraîneur des Verts. D’ailleurs le tempérament de Garrido a étonné plusieurs personnes qui étaient présentes lors de cette finale. Il a passé toute la rencontre sur ses nerfs et a eu plusieurs échanges musclés, notamment avec le quatrième arbitre et même avec l'arbitre du centre.

Le journaliste d'Al Akhbar rapporte que le technicien espagnol s'est même tourné vers le public pour lui reprocher quelques moments de silence et pour lui demander de faire plus de bruit et mettre plus de pression sur les joueurs de l’équipe adverse.

Posté le 19/11/2017 à 21h15 Par Ismail El Fassi