Filinfo

Foot

En mai, fais ce qu’il te plait…

© Copyright : DR
Le monde entier a les yeux braqués sur l’Italie… qui espère rejouer au football, alors qu’elle est décimée par le Covid-19.
A
A

Les derniers championnats ont fermé boutique ce weekend. La Russie et la Turquie se sont rendus à l’évidence. Sans oublier évidemment nos amis Algériens, qui ont longtemps résisté avant de jeter l’éponge.

Tout ce petit monde est rentré dans sa coquille. On ne «joue» plus, on se soigne, on se protège, on se confine… Et on réfléchit, bien sûr, on s’interroge sur la suite.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, l’Italie, qui est aujourd’hui le pays le plus touché par le Coronavirus, a déjà fixé la date…de la reprise. Ça sera le 2 mai.

Ce n’est pas une blague. L’annonce a été faite officiellement. En Italie, le football est réellement une religion, une drogue. Personne n’a oublié le ballon rond, même en temps de Corona. C’est fou. Surtout quand on sait qu’un récent match de Champion’s leaugue (Atalanta
Bergame – Valence, délocalisé à Milan) a été identifié parmi les principales causes de la progression du virus en Lombardie, et plus tard en Espagne.

Mais les Italiens ne veulent rien savoir. Ils aiment le foot autant que le Christ ou l’opéra, voire plus. Alors ils ont décidé: sauf décret papal, la Série A reprendra le 2 mai. Mais dans quelles conditions? Avec ou sans public? Les équipes et les joueurs touchés (dont Dybala, star numéro 2 de la Série A derrière Cristiano Ronaldo) seront-ils rétablis, d’ici là?

En suivant l’actualité italienne, on comprend que cette reprise attendue ou espérée, n’obéit pas seulement à des enjeux sportifs ou économiques. Les décideurs du football italien envoient un message politique, voire psychologique. «En mai, l’Italie ira mieux!».

Nous sommes donc dans le domaine des projections qui ne reposent sur aucune base réaliste. On se projette comme on peut pour remonter le moral des troupes et maintenir un semblant d’optimisme, même de façade.

En Allemagne, certains clubs ont également repris le chemin des terrains d’entrainement. Mais, dans le pays d’Angela Merkel, on fait attention à tout. Un club comme Leipzig a mis au point des séances d’entrainement individuel, personnel, où les joueurs se préparent seuls,
sans contact avec personne. Une sorte de télétravail en quelque sorte.

Tout ceci est étonnant. En France aussi, en Angleterre, et même en Espagne, où le virus progresse pourtant d’une manière vertigineuse, il existe encore des optimistes qui tablent sur une reprise en avril ou mai, et des compétitions bouclées en plein été.

Sans doute tablent-ils sur l’arrivée, espérée, d’un remède miracle contre le Covid-19 dans les semaines à venir…

Un espoir fou, voire insensé, quand on voit le confinement dans lequel se trouve une partie du globe. Mais l’espoir fait vivre et, d’ici mai, on peut rêver d’une vie meilleure pour l’Italie et le reste du monde.

Par Footix marocain
A
A

Tags /


à lire aussi /


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous