Filinfo

Foot

Fouzi Lekjaa rompt le silence

© Copyright : DR
Fouzi Lekjaa, président de la FRMF, est revenu sur le parcours du Maroc, première nation éliminée du Mondial 2018, Hervé Renard, la VAR, et les supporters marocains… Il dit tout pour ne rien dire!
A
A

Langage corporel
Avec une barbe de quelques jours, les traits tirés, l’air fatigué, et apparemment avec de la déception dans la voix, le président de la Fédération royale marocaine de football a enfin parlé! Il a choisi de se livrer à nos confrères de Medi1 TV au lieu d’organiser une conférence de presse pour tous les médias.

Une déception et des excuses!
Il a fait l’éloge des joueurs et des supporters marocains en Russie qui ont livré, selon lui, une belle image de notre pays au monde entier. “ Je suis désolé, je m’excuse auprès de ce public exceptionnel auquel on n’a pas pu offrir une qualification au deuxième tour”, a-t-il confié à notre confrère Jalal Bouzrara.

Des éloges pour les cadres
Il n’a pas tari d’éloges sur les joueurs de l’équipe nationale qui “ont fourni une excellente prestation durant cette compétition majeure devant de prestigieuses sélections”. Pour le président de FRMF, “le Maroc peut dorénavant rivaliser avec les grandes nations de football”. Il a également remercié “le staff technique et administratif des Lions de l’Atlas”.

Ambiguïté et langue de bois
Evoquant les rumeurs sur le départ d’Hervé Renard, l’ambiguïté était de mise de la part du président. Une fois il parle d’un contrat qui prend fin en 2022 et une autre fois il précise que personne n’est indispensable. Pour lui, le plus important c’est l’engagement pris pour appliquer une stratégie capable de permettre au Maroc de s’imposer sur la scène continentale et mondiale.

À bout de souffle?
“Fais quatre choses à la fois, tu dois en manquer près de trois”, dit le proverbe. Le président est apparu fourbu et déçu. Il a beau cacher son échec et sa fatigue, son regard le trahit. L’homme porte plusieurs casquettes. Le cumul use et engendre l’échec.

Le président de la fédération royale marocaine de football occupe également la fonction administrative de directeur de budget au Ministère de l'Economie et des finances du Royaume. Il est aussi président du comité national des inspecteurs de finances. Fouzi Lekjaa porte, d'autre part, la casquette de troisième président à la CAF et de président délégué de l'Association sportive de Berkane. Sans parler de son poste au sein du comité de candidature pour le Mondial 2026. Vive le cumul des mandats.

Sujets qui fâchent
L’entretien express du président de la FRMF à Medi1 TV permet à Fouzi Lekjaa d’éviter des questions qui fâchent non seulement sur l’élimination de l’équipe nationale en phase de poules, mais également sur l’ambiance tendue autour du groupe. Enfin la question des “invités VIP” qui auraient pris les places des anciennes gloires du football marocain aux frais du contribuable n'est pas évoquée. Sans oublier la déroute au vote du 13 juin concernant la candidature du Maroc à l’organisation du Mondial 2026. Un exercice tout en souplesse.

 

Par Kamal Mountassir
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CHAN 2020
Foot CHAN 2020

Vidéo. Djamel Belmadi: “le Maroc doit reconstruire un groupe avec du sang neuf”

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Info360. Poussé vers la sortie? Hadji répond

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Vidéo. Selon Benchikha, Halilhodžić a été "mal compris"


4 commentaires /

  • baille
    Le 30 Jun. 2018 à 00h04
    Arrêtez de porter aux nues 1 président qui est 1 boulimique du pouvoir et rien d'autre. ce n'est pas lui qui a construit cette belle équipe mais surtout les joueurs (sont pour la plupart dans des championnats étrangers prestigieux) avec 1 staff technique qui a assuré le liant , les a mis dans 1 condition physique supérieure à la plupart de nations (voir Amarat), et surtout 1 volon té et 1 rage de gagner à tout épreuve. Ont dominé techniquement et physiquement les iraniens, portugais et espagnols et sans le but idiot contre l'Iran et les erreurs d'arbitrage flagrants, ils étaient en 1/8 ème minimum. Apparemment, avec ses adjoints à la FRMF, ils ne supportent pas que le staff et les joueurs soient adulés et pas lui. Benatia a accusé les dirigeants d'avoir essayé de plomber l'ambiance dans les vestiaires et de leur avoir jeté la pierre au lieu de les soutenir (sur le terrain, pas de façon hypocrite devant les médias). Le Maroc risque de perdre Renard que tous les joueurs demandent son maintien mais il fait lui aussi de l'ombre : à dégager
    pour luii
  • Zack
    Le 29 Jun. 2018 à 13h06
    Chapeau à LEKJAA qui fait depuis son arrivé un travail remarquable au sein de la FRMF :
    * qualification au 1/4 de la CAN au Gabon
    * qualification ( 20 ans apres ) au Mondial en Russie
    * Champion d'afrique du CHAN
    * Champion de la champion's league africaine ( WAC )
    * Participation à la CDM des clubs ( WAC )
    * pour cette saison, carton plein des clubs marocains sur la scène africaine ….
    Qui dit mieux ?
  • Zico
    Le 29 Jun. 2018 à 11h12
    En lisant l'article après avoir vu l'interview, je vois une certaine animosité de la part de l'auteur envers le président de la fédération.
    Je pense qu'il a fait un très bon boulot malgré tout et qu'il devrait rester pour continuer le travail dans le bon sens.
  • bouchareb
    Le 28 Jun. 2018 à 16h58
    avec toutes ces casquettes lekjaa s en sort bien et plus que ses predecesseurs a la frmf.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, il ne faisait pas “trop chaud” à Doha

Gullit ne comprend rien aux Marocains

Kiosque

La Botola solde certains retards

Alerte aux supporters tunisiens

Les Locaux face à l'obstacle algérien

Pogba au Real, ce n'est pas pour demain

Les sportifs paieront l'impôt

Verdict du TAS en novembre pour WAC-EST

Feu vert pour le VAR en Botola

A joueurs ultra-payés, clubs puissants

Vers l’Ultime combat de Badr Hari

En 4 matchs, Vahid a testé 32 joueurs