Filinfo

Foot

Hors jeu. «Fièvre jaune» au Wydad

© Copyright : DR
Avec deux défaites, le WAC est revenu bredouille du Mondialito. C’est la loi du football, il ne faut pas s’en faire. Mais de là à jeter l’anathème sur untel ou untel pour justifier cette déroute, cela relève de la stupidité. D’autant plus qu’il s’est passé des choses pas du tout catholiques à Abu Dhabi.
A
A

Au lieu de se concentrer sur le Mondialito, les Wydadis, toutes composantes confondues, ont versé dans la polémique, les accusations et les faux alibis. «La fièvre jaune» à la marocaine s’est emparée du club avant même que la délégation ne s’envole pour les Emirats Arabes Unis.

Medias et réseaux sociaux ont relayé une information qui est venue de nulle part : le roi Mohammed VI va recevoir la délégation du Wydad. Mais personne n’a jamais révélé la source de ce « scoop» qui, en principe,  relève de la seule latitude du cabinet royal.

Or jusqu’au jour d’aujourd’hui, c’est la rumeur qui a prévalu et s’est propagée comme une avalanche quia emporté  le Wydad. Une liste fictive a réveillé tous les démons d’un club qui était, jusque-là, immunisé contre les conflits internes. Bien avant leur départ, certains membres du comité et anciens dirigeants, ont commencé à râler quand ils ont su qu’ils ne figuraient pas dans «la liste ».

Cette fameuse liste qui n’a jamais existé puisque le principal intéressé, Naciri, le président du WAC a tout démenti en affirmant qu’il n’a jamais envoyé de liste au cabinet royal puisque tout simplement personne la lui a demandée.

Après leur défaite face à Patchuca, les Wydadis très mal en point, ont cherché à justifier leur mauvaise performance. Ils n’ont trouvé qu’une seule cause à leur défaite en l’occurrence leur départ tardif du Maroc. Un alibi qui ne tient pas debout puisque l’avion spécial qui les emmenait à Abou Dhabi a atterri  60 heures avant le premier match.

Quand on sait que l’équipe nationale s’est déplacée, à maintes reprises, 48 h avant le début du match, l’alibi du voyage retardé ne tient pas. Et pour cause les Wydadis ont perdu le deuxième match du Mondialito alors qu’ils étaient là depuis six jours. Curieusement personne n’a imputé cette défaite à un quelque dysfonctionnement logistique ou autre. Et pourtant c’est simple, certains joueurs ont des virées nocturnes après le premier match, ce qui leur valu des sanctions au retour. Point final.

Par Hassan Benadad
A
A

Tags /

WAC

à lire aussi /

Foot WAC
Foot WAC

Sans coach, le Wydad affronte Al Ahli Tripoli

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Wydad-Sétif: la stat qui fait mal

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Le Wydad a la gueule de bois


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Un arbitre «séquestré» à Kénitra

El Guertili poursuivi pour crimes financiers

Benabicha aux commandes du WAC?

Guendouzi voit l'avenir en bleu

Un derby au nord, un choc au centre

Exode des joueurs du MAT: le Raja blanchi

La RSB doit planter deux buts au Vita Club

Le nouveau record de Lionel Messi

Guendouzi préfère être coq que Lion

Un demi-millier de litiges soumis à la FRMF