Formulaire de recherche

Hors jeu. La peur bleue des Ivoiriens

PHOTO 1

© Copyright : DR

Posté le 10/11/2017 à 16h05 par Hassan Benadad (Mise à jour le 10/11/2017 à 16h22)

Face à la Côte d’Ivoire, l’équipe nationale dispose de plus d’un atout pour se qualifier. Outre l’avantage d’un point, les Lions doivent profiter de la peur bleue que provoque Hervé Renard chez les Ivoiriens. À tel point que la superstition a atteint son summum chez tout un chacun.

Il faut voir et revoir les vidéos de nos envoyés spéciaux pour comprendre la peur bleue qui s’est emparée des Ivoiriens. Chaque interlocuteur, interrogé par nos journalistes présents à Abidjan, ne peut parler du match sans évoquer en premier lieu Hervé Renard.

Qu’ils soient joueurs, ex-joueurs, journalistes ou supporters, tous craignent le syndrome «renardien». À tel point qu’un supporter jurait d’avoir vu le sélectionneur national dans le village d’Akradjio, célèbre pour ses pratiques de sorcellerie.

Autant dire que les médias se focalisent sur l’homme à la chemise blanche et oublient l’autre aspect du match. Pis encore, l’entraineur belge de la Côte d’Ivoire, Marc Wilmots, est fustigé de toutes parts: il n’a pas l’expérience africaine de Renard et son choix des joueurs est contesté. D’autant plus que les derniers résultats des Éléphants ont été catastrophiques.

Le Belge a été tellement énervé par les critiques acerbes de la presse ivoirienne et surtout par l’encensement de Renard qu’il s’en est pris à ce dernier: « …Ce n’est pas Hervé Renard qui va marquer des buts!!!»

Autant dire que toutes les composantes de l’équipe ivoirienne en plus de la presse et du public, sont sous une forte pression. Rien que la présence du sélectionneur national leur donne du fil à retordre. Les Éléphants aborderont donc ce match sans la sérénité requise dans pareil cas.

Hervé Renard qui affiche un calme déroutant est conscient de cet atout. Et il a certainement une idée pour profiter du désarroi des Éléphants. Aux joueurs marocains de bien assimiler les astuces du sorcier blanc. La qualification au Mondial n’est qu’à 90 minutes face à des adversaires atomisés par la peur.

Posté le 10/11/2017 à 16h05 Par Hassan Benadad