Formulaire de recherche

Hors jeu. Lekjaa ou le foot en faillite

lekjaa-boudrika-2

Fouzi Lekjaa et Mohamed Boudrika

Fouzi Lekjaa et Mohamed Boudrika
© Copyright : DR

Posté le 14/11/2016 à 13h20 par Hassan Benadad (Mise à jour le 14/11/2016 à 14h34)

Le président de la FRMF, Fouzi Lekjaa, se réunit, ce lundi, avec Hervé Renard après la déconvenue de samedi. Auparavant il s’est réuni avec Zaki après une autre déconfiture. Lekjaa est malade de la réunionite qui lui a causé une métastase d’échecs.

Depuis qu’il a été «élu» à la tête de la Fédération royale marocaine de football, Fouzi Lekjaa parle trop, verse énormément dans les réunions, se prend souvent en photo, polémique beaucoup et cumule échec sur échec.

Ce faisant, il n’arrive pas à diagnostiquer le mal qui frappe les équipes nationales, toutes catégories confondues (U17, U19, U23), éliminées de toutes les compétitions. La résignation du président de la FRMF est si ancrée dans son esprit qu’il a eu le courage de… s’avouer vaincu:

«Les équipes de certains pays en état de guerre et ne disposant que de peu de moyens arrivent à réaliser de belles performance. En dépit de tous les moyens que nous offrons à nos équipes nationales, nous avons une crise de résultats».

Premier aveu: les moyens mis à la disposition de la FRMF sont colossaux. Deuxième aveu: les résultats sont catastrophiques. Conclusion: l’incompétence est criarde. Sortant de la bouche d’un directeur de budget au ministère des Finances, cela n’augure rien de bon pour les comptes de notre pays.

En France, on dit qu’un ministre «ça ferme sa gueule ou ça démissionne». Au Maroc, le responsable du football national acte, lui-même, l’échec de sa politique, mais n’ose pas démissionner. Autant dire qu’il croit encore  au père Noël quant à une qualification devenue lointaine pour les Lions de l’Atlas.

 



Lire aussi:
Coupe du monde. Gabon-Maroc: l’heure de vérité pour Fouzi Lekjaa


Les supporters avisés ne se font pas d’illusion comme ce jeune homme capté par notre caméra après le match Maroc-Côte d’ivoire (voir vidéo): «On n’a pas d’équipe nationale, les joueurs sont venus faire du tourisme à Marrakech. Ils ne vont pas se qualifier pour le Mondial et d’ailleurs ils ne le méritent pas. Quant à la CAN, ils vont être éliminés dès le premier tour pour retourner bredouilles au bercail.»

Même Hervé Renard reconnaît qu’il n’ira pas au Mondial quand il dit, sur un ton défaitiste, que la Côte  d’Ivoire est trop forte et qu’elle a été d’ores et déjà considérée comme favorite lors du tirage au sort( voir aussi hors jeu, Renard a peur).

L’optimisme de Renard nous rassure !!! Le pessimisme de Fouzi Lekjaa nous donne la mesure des raisons d’un échec annoncé. Ce dernier qui a commencé son mandat avec Boudrika, Bouchehati, Abroune et autres se retrouve aujourd’hui esseulé.


Lire aussi:
L’enfer du décor. Lekjaa seul contre tous


Il a passé tout son temps à polémiquer avec  l’ex-vice président de la FRMF, Mohamed Boudrika, qui a dénoncé les dérapages de l’arbitrage et surtout le clientélisme de la fédération. Le premier a porté l’affaire en justice, le deuxième a promis de faire le déballage.

Finalement le président de la FRMF a géré beaucoup plus les polémiques stériles que la politique du football.  Toute son énergie a été focalisée sur le colmatage des brèches entre Bouchehati et Zaki, entre Zaki et Hadji, entre lui-même et Boudrika.  Voire avec le président de  la Ligue, Said Naciri, ou encore la guéguerre entre Hasbane et Boudrika.

Du coup l’arbitrage a sombré dans d’énormes fautes volontaires et involontaires, la programmation n’a jamais été aussi abracadabrante que maintenant, le passage à la société anonyme est resté lettre morte.

En définitive, la venue de Lekjaa a assombri le ciel de notre football. Personne ne voit plus clair face à l’énormité des moyens et la multiplication des échecs. Samedi, le tunnel est devenu plus long et plus sombre jusqu’à voiler la route du Mondial. Au lieu d’absorber les pressions populaires, les échecs du football national vont les accentuer.

Posté le 14/11/2016 à 13h20 Par Hassan Benadad