Formulaire de recherche

Hors jeu. Mondial 2026: le Maroc face à la dictature d’Infantino

Infantino ahmed ahmed

© Copyright : Adil Gadrouz

Posté le 03/02/2018 à 19h44 par Hassan Benadad (Mise à jour le 03/02/2018 à 19h55)

Pour avoir déboulonné l’inamovible Issa Hayatou, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, a démontré qu’il est tout aussi intelligent que courageux. Il vient de confirmer sa forte personnalité en défiant le président de la FIFA, Gianni Infantino. Ce doux dictateur qui n’a rien à envier aux arguties de son prédécesseur Sepp Blatter.

Derrière le sourire stéréotypé de Gianni Infantino, ses réponses laconiques et sa fausse bonhomie italo-suisse, se cache le clone de Sepp Blatter. Le patron de la FIFA est tout aussi faux que son prédécesseur.

Il a goûté aux frasques réservées au président de l’instance sportive la plus riche du monde pour devenir un autre homme. Jet privé, palaces, réceptions royales et rencontre avec les plus hauts dirigeants de la planète.

Trop imbu de lui-même, il n’a même pas daigné s’arrêter pour répondre aux questions des journalistes marocains qui couraient après lui. Quand il était candidat à ce poste, il nous a abreuvé de toutes les vertus de la gestion saine: transparence, équité et équivalence entre toutes fédérations du football.

Tout le monde s’est dit alors que la dictature,  la falsification des votes et la corruption, qui ont rongé l’ancienne équipe de la FIFA vont disparaître. Gianni Infantino n’a pas mis longtemps pour s’imprégner de ce pouvoir absolu accordé à un homme qui est à la tête d’une institution aussi puissante.

Ce faisant, il se croit tout permis y compris d’enfreindre les règles de la FIFA qu’il a établies notamment par sa dernière circulaire. Le pire est  qu’il pousse l’effronterie jusqu’à interdire aux autres ce qu’il s’autorise lui-même.

Il interdit à la CAF de soutenir le Maroc. Voire, il interdit au Maroc de soutenir …le Maroc en cernant toutes sorties possibles. Heureusement que le président de la CAF, Ahmad Ahmad, l’a remis à sa place en le mettant face à ses contradictions. D’abord, il lui a rappelé que la CAF est souveraine pour soutenir publiquement la candidature marocaine. Secundo, il lui a donné une leçon de logique quand il lui a dit de vive voix que l’on ne peut pas parler de neutralité quand le vote est à main levée.

C’est comme si on organise des élections, dans n’importe quel domaine, mais que l’on interdit aux candidats de faire campagne. Cela ressemble à une dictature, un peu adoucie par le sourire, les insinuations et la subtilité d’infantino. Le patron de la FIFA ne doit pas oublier la sortie humiliante de son prédécesseur après deux décennies de pouvoir.

La FIFA de Blatter ou d’infantino est hantée par l’argent à tel point qu’il n’a accordé à l’Afrique qu’une seule coupe du monde depuis sa création en 1930. Sous pression, les barons de Zurich ont décidé d’instaurer l’alternance entre les continents pour l’organisation du Mondial.

Mais ils sont revenus sur leur décision juste après le Mondial de l’Afrique du Sud en 2010. Ils ont même changé la géographie du monde en divisant l’Amérique en deux continents distincts.

Le Mondial 2014 s’est déroulé au Brésil (Amérique), celui de 2018  aura lieu en Russie (Europe) et le Qatar (Asie) abritera celui de 2022. L’Afrique aurait logiquement obtenu  le Mondial 2026 si la FIFA n’avait pas jugé que le Brésil ne se trouve pas en Amérique.

Franchement, les barons de la FIFA prennent les Africains pour des éternels mineurs. N’est-ce pas M infantinio, quand, piégé par vos propos «positifs» sur la candidature américaine, vous avez voulu rectifier le tir en «appréciant» celle du Maroc. Merci Ahmad Ahmad d’avoir secoué ce «doux» dictateur.

Posté le 03/02/2018 à 19h44 Par Hassan Benadad