Formulaire de recherche

Hors jeu. Renard, le gamin gâté

hervé renard

© Copyright : DR

Posté le 02/06/2017 à 14h48 par Hassan Benadad (Mise à jour le 02/06/2017 à 14h50)

Hervé Renard perd les pédales et s’attaque à tout le monde: Presse, FRMF et pis encore, le public. Jamais l’équipe nationale n’a connu un sélectionneur aussi prétentieux, aussi hautain et aussi gamin. A chaque fois qu’il est en difficulté, il appelle « l’équipe » pour lui trouver 4 ou 5 sélections qui le courtisent…virtuellement.

On aime «l’équipe» parce qu’il est, d’abord, une référence dans son domaine. Mais il est, surtout, le confident d’Hervé Renard et il nous alimente en informations sur notre sélectionneur national… Le dernier scoop date de ce matin dans lequel le journal français révèle que Renard a été contacté  par les dirigeants de Saint Etienne le lendemain du match qui a opposé le Maroc aux Pays-Bas.

Les Stéphanois viennent s’ajouter aux multiples sélections africaines et à la myriade de clubs français qui courtisent le « sorcier blanc ». Ce n’est pas du tout sorcier quand on se remémore ses déboires avec deux clubs de l’hexagone: Il a été limogé par Lille et, pire encore, il a fait descendre Sochaux en ligue2.

Mais l’homme très imbu de lui-même, ne se rappelle que de ses deux coupes d’Afrique avec la Zambie et la Côte d’Ivoire. Il se prend pour un invincible et commence vraiment à dépasser les limites et à se comporter comme un gamin choyé. Trop choyé. Celui-là même qui n’a pas cessé de provoquer son employeur, la FRMF, ses joueurs et, mercredi dernier, le public.

Ce bougre d’Hervé Renard croit qu’il est dans un terrain conquis dans une lointaine république bananière. Il oublie qu’il est au Maroc, dans un pays de football ou se sont succédés de grands entraineurs étrangers et marocains. Cela fait plusieurs mois qu’il essaye de nous faire chanter comme s’il était le messie du ballon rond.  Tout le monde a compris, depuis lors, que l’homme cherche par tous les moyens à se faire licencier.

Du coup, il est devenu un dictateur qui fait ce qu’il veut à la tête de l’équipe nationale. Un membre très influent de la fédération, nous a confié, il y a quelque temps, qu’il agace tout le monde au sein de l’instance du foot national. Mais les dirigeants de la FRMF supportent toutes ses sautes d’humeur pour ne pas brûler les cartes de la coupe du monde et de la CAN.

Il a fait de l’affaire Ziyech un point d’honneur jusqu’à le sacrifier à l’aune de la coupe d’Afrique et faire de lui un bouc émissaire: « Ziyech jouera avec l’équipe nationale quand je serais parti… »

Il s’en est pris vertement à la FRMF quant le service de communication a publié la liste des présélectionnés ou figurait Benatia, le rebelle. Il n’a pas cessé de narguer la presse nationale et de lui donner des leçons…de journalisme.

Mais, coup de tonnerre mercredi dernier, lorsque le président Fouzi Lekjaa, qui l’a toujours ménagé, l’a lui même taclé après le match Maroc-Pays Bas: «Ziyech reviendra un jour en équipe nationale ». Est ce le début de la fin de ce gamin?

Posté le 02/06/2017 à 14h48 Par Hassan Benadad