Formulaire de recherche

Hors jeu. Renard, le héros des perdants

hervé renard

© Copyright : DR

Posté le 04/03/2017 à 18h06 par Hassan Benadad

Il y a quelque chose qui intrigue, aujourd’hui, dans la conception de la réussite chez les Marocains. En football, il suffit d’un brin de succès pour que tout le monde jubile. On a fait de Renard un héros parce que l’équipe nationale est passée au deuxième tour de la CAN. L’histoire est effacée, l’ambition cadenassée.

C’est fou combien notre ambition a été réduite en football comme dans plusieurs domaines d’ailleurs. Le minimum nous rend heureux comme si l’équipe nationale n’avait jamais remporté la coupe d’Afrique, ni passé au deuxième tour… de la coupe du monde, ni encore joué la finale de la CAN.

On est devenu tellement avide d’un petit rien parce que cela fait 12 ans que la sélection nationale n’est pas passée au deuxième tour. Beaucoup de médias et autres dirigeants en ont fait un exploit et ont encensé Hervé Renard comme si on a remporté la coupe du monde.

Le sélectionneur national, dont on connaît la modestie, a cru qu’il a conquis le monde pour monter sur ses grands chevaux. Il a, alors, commencé à tirer sur tout le monde: entraineurs, dirigeants, journalistes voire le public. Non seulement on a cadenassé nos ambitions, mais certains ont plié l’échine devant les incartades de Renard. Une passivité qui l’a poussé à  faire du chantage aux dirigeants de la fédération royale marocaine de football.

Figurez-vous que tel un chef d’Etat il a demandé la protection de la FRMF. On ne sait pas s’il a peur pour son intégrité physique, ce qui est stupide, ou s’il aspire à taire ceux qui le critiquent, ce qui est une hérésie. Mais l’homme est devenu tellement prétentieux qu’il a émis plusieurs conditions pour rester à la tête du onze national.

Il se targue d’être sollicité par plusieurs fédérations africaines pour entrainer leurs équipes nationales.
Il  ne s’est, d’ailleurs, pas empêché de dire aux dirigeants de la FRMF qu’il a reçu plusieurs offres. Il est vrai que les médias de plusieurs pays ont rapporté ces informations, mais de là à se prendre pour le messie du football, cela relève de la psychanalyse.

Et pour cause, on ne réussit jamais à tous les coups quand la balle ronde change de trajectoire même si on s’appelle Hervé Renard. A moins qu’il ait la mémoire courte, le sélectionneur national ne devrait pas oublier qu’il a été limogé par les dirigeants de Lille et qu’il a surtout mené Sochaux vers… la deuxième division.

Il a connu ces déboires après avoir quitté les Eléphants avec lesquels il a remporté la coupe d’Afrique. Preuve que Renard est volatile, son départ de la Côte d’ivoire était inattendu alors qu’il négociait en secret avec Lille. Il a regretté depuis, mais il est en train de refaire la même erreur avec l’équipe nationale tout aussi fier par son passage au deuxième tour de la CAN ! Le héros des perdants, est un homme heureux au Sénégal…

Posté le 04/03/2017 à 18h06 Par Hassan Benadad