Filinfo

Foot

Hors jeu. Renard, le héros des perdants

© Copyright : DR
Il y a quelque chose qui intrigue, aujourd’hui, dans la conception de la réussite chez les Marocains. En football, il suffit d’un brin de succès pour que tout le monde jubile. On a fait de Renard un héros parce que l’équipe nationale est passée au deuxième tour de la CAN. L’histoire est effacée, l’ambition cadenassée.
A
A

C’est fou combien notre ambition a été réduite en football comme dans plusieurs domaines d’ailleurs. Le minimum nous rend heureux comme si l’équipe nationale n’avait jamais remporté la coupe d’Afrique, ni passé au deuxième tour… de la coupe du monde, ni encore joué la finale de la CAN.

On est devenu tellement avide d’un petit rien parce que cela fait 12 ans que la sélection nationale n’est pas passée au deuxième tour. Beaucoup de médias et autres dirigeants en ont fait un exploit et ont encensé Hervé Renard comme si on a remporté la coupe du monde.

Le sélectionneur national, dont on connaît la modestie, a cru qu’il a conquis le monde pour monter sur ses grands chevaux. Il a, alors, commencé à tirer sur tout le monde: entraineurs, dirigeants, journalistes voire le public. Non seulement on a cadenassé nos ambitions, mais certains ont plié l’échine devant les incartades de Renard. Une passivité qui l’a poussé à  faire du chantage aux dirigeants de la fédération royale marocaine de football.

Figurez-vous que tel un chef d’Etat il a demandé la protection de la FRMF. On ne sait pas s’il a peur pour son intégrité physique, ce qui est stupide, ou s’il aspire à taire ceux qui le critiquent, ce qui est une hérésie. Mais l’homme est devenu tellement prétentieux qu’il a émis plusieurs conditions pour rester à la tête du onze national.

Il se targue d’être sollicité par plusieurs fédérations africaines pour entrainer leurs équipes nationales.
Il  ne s’est, d’ailleurs, pas empêché de dire aux dirigeants de la FRMF qu’il a reçu plusieurs offres. Il est vrai que les médias de plusieurs pays ont rapporté ces informations, mais de là à se prendre pour le messie du football, cela relève de la psychanalyse.

Et pour cause, on ne réussit jamais à tous les coups quand la balle ronde change de trajectoire même si on s’appelle Hervé Renard. A moins qu’il ait la mémoire courte, le sélectionneur national ne devrait pas oublier qu’il a été limogé par les dirigeants de Lille et qu’il a surtout mené Sochaux vers… la deuxième division.

Il a connu ces déboires après avoir quitté les Eléphants avec lesquels il a remporté la coupe d’Afrique. Preuve que Renard est volatile, son départ de la Côte d’ivoire était inattendu alors qu’il négociait en secret avec Lille. Il a regretté depuis, mais il est en train de refaire la même erreur avec l’équipe nationale tout aussi fier par son passage au deuxième tour de la CAN ! Le héros des perdants, est un homme heureux au Sénégal…

Par Hassan Benadad
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ballon d'Or
Foot Ballon d'Or

Vidéo. Modric ou Mbappé? Renard a choisi

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Renard en repérage à Berkane

Foot Lions de l'Atlas
Foot Lions de l'Atlas

Hervé Renard, les copains d'abord


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Bounou sort ses gants contre le Barça

Le Raja veut rééditer le sacre de 2003

L'AS FAR renouera avec la transhumance

Rami fait prendre des Bleus à Zemmour

Un arbitre «séquestré» à Kénitra

El Guertili poursuivi pour crimes financiers

Benabicha aux commandes du WAC?

Guendouzi voit l'avenir en bleu

Un derby au nord, un choc au centre

Exode des joueurs du MAT: le Raja blanchi