Formulaire de recherche

Hors jeu. Vieux Lions, pas de vieux Renard

Hervé Renard-

© Copyright : DR

Posté le 12/01/2017 à 13h24 par Hassan Benadad (Mise à jour le 12/01/2017 à 13h43)

Hervé Renard a certainement mal dans sa peau. Il porte des oeillères de la folie des grandeurs qui ne lui montrent que ce qui est rose: deux coupes d’Afrique. Pourtant il a connu, aussi, la descente aux enfers: rétrogradé en Ligue 2 avec Sochaux et limogé par Lille. Hervé Renard n’est pas aussi vieux renard qu’il le prétend.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’équipe nationale n’a jamais abordé une coupe d’Afrique dans d’aussi mauvaises conditions que celles du Gabon. Mauvaise préparation, blessures des meilleurs joueurs, polémique, mauvaise prestation contre la Finlande et mauvais choix d’un entraîneur qui détient un pouvoir absolu.

C’est lui qui a choisi de jouer des matchs amicaux contre l’Iran et la Finlande, nous confie un membre de la fédération tout aussi sidéré par le diktat «renardien». Pourtant, quand il est arrivé à la tête de l’équipe nationale, Hervé Renard a donné bonne impression comme un pragmatique novateur. Depuis, il n’a pas cessé de se contredire,  de se prendre pour le messie du football, d’humilier ses joueurs, de privilégier la presse française et d’ignorer la presse nationale.

Le technicien français fait le contraire de ce qu’il a dit, car depuis qu’il est arrivé, il n’a pas cessé de faire le contraire de ce qu’il a dit. Il a affirmé, à maintes reprises, qu’il ne fera pas appel aux joueurs qui évoluent au Golfe, arguant la faiblesse de ses championnats. Il est revenu sur ses certitudes en faisant appel à Youssef El Arabi et M’bark Boussoufa.

Il n’a pas cessé, aussi, de nous rabattre les oreilles par sa politique de rajeunissement de l’effectif de l’équipe nationale. Il s’est même insurgé, une fois, contre le fait qu’il n’a pas vu des jeunes de 20 ans évoluer dans les championnats marocains. Il est encore revenu sur ses certitudes puisque la sélection nationale compte le plus grand des joueurs âgés de plus de 30 ans parmi les 16 équipes de la CAN.

En plus de ses certitudes incertaines, l’homme est d’une arrogance sans limite. Il ne s’est trouvé, malheureusement, personne au sein de la FRMF pour le recadrer. Pourtant il ne s’est pas empêché de s’en prendre à ses joueurs, voire de les humilier en affirmant que les Ivoiriens sont plus doués que les Lions.  A chaque fois qu’il est acculé sur la défensive, il répète le même refrain blessant, en affirmant que cela fait 12 ans que le Maroc n’a pas dépassé le premier tour de la CAN.

L’homme a perdu toute notion de respect du pays hôte puisqu’il s’en est pris aux supporters marocains aux EAU, qui lui reprochaient d’avoir évincé Hakim Ziyech. Et puis, Renard, très encensé par «sa» presse française, ne cesse pas de se projeter dans le futur et oublie le présent. Il a déclaré à la presse qu’il reviendrait en France pour entraîner une équipe de la Ligue 1. Voire, il a affirmé que si l’équipe nationale du Ghana lui faisait une offre, il n’hésiterait pas à l’entraîner.

Une propulsion dans l’avenir qui lui fait oublier qu’il est l’entraîneur d’une équipe nationale qui jouera dans quatre jours son premier match de la CAN. Hervé Renard est vraiment déboussolé par ses incertitudes… incertaines.

Posté le 12/01/2017 à 13h24 Par Hassan Benadad