Filinfo

Foot

Huit heures sans marquer, la pire série du Real

© Copyright : DR
Jamais le Real n'était resté aussi longtemps sans marquer! Le club merengue a établi samedi contre Levante la pire série d'inefficacité offensive de son histoire en restant 481 minutes sans le moindre but inscrit.
A
A

Menée 2-0 à la 56e minute de jeu au stade Santiago-Bernabeu, l'équipe de Julen Lopetegui a rayé des annales la précédente plus longue pénurie de buts de l'histoire du club (464 minutes), qui remontait à la saison 1984-1985.

La réduction du score de Marcelo à la 72e minute de jeu a mis fin à cette série, stoppée à 481 minutes (soit 8 heures et 1 minute) pour entrer dans la légende noire de la Maison Blanche, qui n'avait jusqu'alors jamais fait pire en 116 ans d'histoire.

 

La série a commencé à courir à partir du but inscrit par Marco Asensio contre l'Espanyol Barcelone le 22 septembre en Liga (1-0). Ont suivi l'équivalent de cinq matches officiels sans but contre Séville (0-3), l'Atlético Madrid (0-0), le CSKA Moscou (0-1), Alavés (0-1) et les 71 premières minutes contre Levante.

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Real Madrid
Foot Real Madrid

Santiago Solari, parti pour rester

Foot Liga
Foot Liga

Vidéo. Le Real Madrid surclasse le Celta de Boufal

Foot Liga
Foot Liga

Suivez en direct Celta Vigo - Real Madrid à 20h45


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

L'enfer du décor. Talib et le DHJ: ces dirigeants ingrats!

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Kiosque

Le plan B de Naciri pour imposer Benzarti

Qui succédera au Raja de Casablanca?

HUSA-Raja, le choc du week-end

Neymar remonté contre la presse

La presse camerounaise sereine

Un week-end avec plusieurs finales

Naciri-Girard, place au duel juridique

Le Maroc n'a jamais battu le Cameroun

Dembélé, un mauvais locataire

Les coachs continuent à défiler au WAC