Formulaire de recherche

La Fifa ne veut pas de politiciens dans le football

Cover Vidéo... Ahmad Ahmad parle du symposium de la CAF

© Copyright : DR

Posté le 19/07/2017 à 21h23 par Ismail El Fassi (Mise à jour le 20/07/2017 à 09h33)

Kiosque360. Le président de la Fifa, Gianni Infantino, ne tolère pas la présence des hommes politiques dans la gestion du football. Une position que Ahmad Ahmad, président de la CAF, ne partage pas complètement.

Les dirigeants du football mondial et africain sont actuellement à Skhirat à l’occasion du symposium de la CAF (Confédération africaine de football). Un moment propice pour parler des sujets qui fâchent. Dans son édition du 20 juillet, le quotidien arabophone Al Akhbar décrit un échange musclé entre Gianni Infantino, président de la Fifa, et Ahmad Ahmad, président de la CAF. Le sujet en question c’était la politique et le football. Autrement dit, les hommes politiques devraient-ils avoir des responsabilités dans le milieu du ballon rond. Pour le Suisse, il est absolument intolérable que les politiciens s’immiscent dans les affaires du football. Ce dernier explique même que la Fifa passe son temps à pourchasser les hommes politiques des terrains du football.

Du côté du Malgache, le discours est complètement à l’opposé. Ahmad Ahmad a pris l’exemple de sa propre carrière qui a débuté en tant que simple joueur de football, avant qu’il ne devienne entraîneur puis il y a eu le saut vers la politique. Il est devenu ministre des Sports dans son pays et même député. Pour lui, il suffit d’expliquer aux hommes politiques, qu’in fine, c’est le sport qui doit prendre le dessus.

Selon un membre fédéral qui a assisté à l’échange entre les deux hommes, la politique pour Infantino est une ligne rouge. La Fifa peut appliquer des sanctions à un pays, si jamais il s’avère que des gens de la politique ont beaucoup de responsabilités dans le milieu sportif. Le souci, c’est que la grande partie des membres qui siègent à la FRMF, pratiquent la politique. Pour Ahmad Ahmad, ces personnes doivent veiller au bon fonctionnement des affaires liées au football et qu’il faut communiquer avec eux.

L’exemple typique qui a été cité pendant la rencontre, c’est celui du Soudan qui a été sanctionné par la Fifa. La plus haute instance footballistique a pris cette décision après la mise à l’écart du président de la Fédération soudanaise, Gaafar Sirr Elkhatim sur décret. Il a été remplacé Abdel Rahman Elkatim. La Fifa avait demandé au Soudan d’annuler ce décret, mais rien n’a été fait.

Posté le 19/07/2017 à 21h23 Par Ismail El Fassi