Filinfo

Foot

L'Allemagne, grande favorite a sa propre succession

© Copyright : DR
Championne en titre, l'Allemagne est attendue au tournant lors de la Coupe du Monde 2018. La Mannschaft, est-elle réellement candidate à sa propre succession?
A
A
Championne en titre, l’Allemagne est la grande favorite à sa propre succession sur le toit du monde. La Mannschaft entame le Mondial 2018 avec une belle affiche comme on les aime. Un choc avec le Mexique de Chicharito cet après-midi à 16h stade Loujniki de Moscou.

Une préparation compliquée

Les Allemands ont effectué une préparation assez surprenante. Ils ont été vaincus par l’Autriche (1-2) et par le Brésil (0-1) et ont eu du mal à se défaire de l’Arabie Saoudite (2-1). Ils doivent désormais se rassurer face au Mexique.

Voilà 20 ans que ces deux nations s’étaient affrontés en Coupe du Monde. C’était d’ailleurs leur seule confrontation au Mondial. La dernière fois qu’elles s’étaient croisées, hors Mondial, c’était l’an dernier en Coupe des Confédérations. Les coéquipiers de Julian Draxler ont alors gagné (4-1).

Autre donnée en faveur des champions en titre, depuis 1982, l’Allemagne n’a plus perdu lors d’un match d’ouverture du Mondial (2-1 face à l’Algérie).

Tenante du titre, gagnante de la Coupe des Confédération il y a un an, leader du classement FIFA, forte de son succès retentissant lors des qualifications (10 victoires en 10 matchs)…L’Allemagne n’a (presque) rien à craindre.



Lire aussi: un scandale sexuel secoue la sélection mexicaine avant le Mondial




Égaler le Brésil

Après avoir humilié la Seleçao en 2014, et qui plus est au Brésil, l’Allemagne veut remuer le couteau dans la plaie. Les coéquipiers de Thomas Müller veulent égaler les Auriverde et remporter, eux aussi, 5 Coupes du Monde.

Ils veulent aussi égaler le Brésil sur un autre plan. La Seleçao de Garrincha et Pelé a gagné deux titres d’affilé en Coupe du Monde (1958 puis 1962).

Mais qui est le patron?

La question se pose depuis un moment déjà. Y a-t-il parmi les hommes de Joachim Löw un leader? Depuis le titre de 2014, l’Allemagne a vu de nombreux cadres prendre leurs retraites (Philipp Lahm, Miroslav Klose, Bastian Schweinsteiger et Per Mertesacker) et des jeunes comme Leon Goretzka et Julian Draxler se sont révélés.

Mais qu’en est-il du leadership? Alors que l’Allemagne a souvent eu une figure de proue tels Franz Beckenbauer en 1974, Lothar Matthäus en 1990 ou encore Oliver Kahn en 2002, cette fois-ci des joueurs comme Mesut Özil, Manuel Neuer, Jérôme Boateng ou encore Sami Khedira endosseront les rôles de boss.

Portant, le gardien Neuer n'a pas foulé les pelouses durant huit mois à cause d'une fracture au pied gauche, le défenseur Boateng traîne un souci aux adducteurs depuis plusieurs mois et le milieu Özil a eu le dos coincé et le genou abîmé cette saison, il ne s’en est rétabli que récemment.

Le parcours de l’Allemagne en général et son premier match face au Mexique en particulier donneront le ton!

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Mondial 2018: quelles leçons pour l’Afrique?

Foot bleus
Foot bleus

La mise en garde de Deschamps à Mbappé

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Mais où es-tu passé, Hervé Renard?


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

La CAF fait le bilan de l’Afrique au Mondial

Joueurs africains: le niet de Lekjaâ

L’AG de la FRMF menacée de report

Les "petits défauts" de Kylian Mbappé

Le Raja retrouve ses sensations africaines

Macron confisque le sacre des Bleus

Le WAC déjà qualifié pour 2019?

El Haddad tiraillé entre Turquie et Golfe

Un trou béant dans le gazon

Azaro exige un gros salaire à Al Ahly