Filinfo

Foot

L’arbitrage vidéo, un bilan mitigé

© Copyright : DR
Kiosque360. Annoncé comme inaugurant une nouvelle ère de l’équité dans le sport, l’arbitrage vidéo semble faire partie du problème et non pas de la solution. Parole d’expert en la matière.
A
A

A en croire une chronique publiée dans le quotidien Le Monde du 18 décembre, l’intrusion de cette technologie dans le football a créé plusieurs dérèglements qui remettent en cause son caractère tranchant et rationnel. L’analyste du quotidien français remonte à juin 2014, quand Karim Benzema devenait le premier joueur de l’histoire à marquer un but validé par la goal line technology (GLT), lors d’un match qui opposait la France au Honduras en Coupe du monde.

La question «y a but ou y a pas but?» semblait relever d’une autre époque quand elle déchainait les passions et alimentait les polémiques et la mauvaise foi qui donnaient sens au supportérisme. Désormais, c’est la vibration d’une montre sur le poignet de l’arbitre qui dit la vérité.

Mais un an après, lors d’un match de la Ligue 1 opposant Troyes-Amiens, l’arbitre décide de neutraliser la goal line pour la deuxième mi-temps en raison d’une défaillance technique. Sur une action, le ballon heurte la barre amiénoise et s’écrase en partie sur la ligne, puis ressort. L’arbitre valide le but et puis il le refuse après 10 minutes de grande confusion, qui vaudront une convocation devant le directeur à la société allemande qui gère les machines en question. À la fin de la saison, trois matchs seront entachés d’incidents liés à des défaillances de cette technologie annoncée comme dénuée de faille.

En Italie, lors de la rencontre opposant l’AS Roma à Cagliari le 17 décembre, l’arbitre accorde à la Louve un but dans les arrêts de jeu après avoir scruté l’écran pendant quelques minutes sous une pluie diluvienne. Du pur sadisme à l’égard des supporters des deux camps. 

Selon Le Monde, la GLT provoque une suspension du temps et un report des émotions générées par ce sport magique. Résultat, il faut rester suspendu au verdict de la technologie avant d’exprimer sa joie ou enterrer définitivement l’espoir d’échapper à  une sanction ou de voir un but invalidé.

Par Fayçal Ismaili
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Comment la FIFA a tué le football

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Mondial 2018: les arbitres très avares en recours à la VAR

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Mondial 2018. La Fifa valide l'utilisation de l'arbitrage vidéo


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

CR7 entame son opération séduction

Les joueurs d'Al Hoceima expulsés d'un hôtel

WAC-Al Ahly bientôt reprogrammé

Le Raja défie Vita Club et Ebola

Super Mario ballotte en faveur de l'OM

Le WAC doit battre à nouveau les Sundowns

L'axe Casa-Rabat abritera les JA 2019

Budget négatif pour la RSB de Lekjaa

Patrick Mboma tacle Seedorf et Kluivert

Jawad Ziyat futur boss du Raja?