Formulaire de recherche

Les Lions d’Hervé Renard ont-ils une chance de voir la Russie en 2018?

Lions de l'Atlas

© Copyright : DR

Posté le 11/09/2017 à 22h37 par Mohamed Yassir (Mise à jour le 12/09/2017 à 01h46)

Kiosque360. Les Lions de l’Atlas rêvent toujours d’une qualification à la prochaine Coupe du monde. Mais n’ont-ils pas perdu tout espoir en refusant le cadeau des Gabonais, victorieux de la Côte d’Ivoire à Abidjan, après leur match nul à Bamako?

La lune a une silhouette courbée, se compose essentiellement d’or et d’argent et ne se montre qu’une fois tous les quatre ans. La Coupe du monde de la FIFA est la lune marocaine. Cet objectif lointain, que les Lions de l’Atlas n’ont plus vu depuis 1998.

Mais cette fois, les dirigeants du football vert et rouge ont mis toutes les chances de leur côté pour décrocher une cinquième participation à la plus prestigieuse des compétitions. Fouzi Lekjaa et compagnie ont ramené le meilleur entraineur du continent, Hervé Renard, persuadé plusieurs binationaux à choisir de défendre les couleurs du Maroc et n’ont pas lésiné sur les moyens pour offrir les meilleures conditions aux joueurs.

Mais pour quel résultat? Al Mountakhab, dans son édition du 11 septembre, a dressé le bilan des quatre premiers matchs des éliminatoires du Mondial russe. Pour le bi-hebdomadaire spécialisé, les Belhanda, Benatia, Boussoufa et autres El Ahmadi ont minimisé leurs chances après leurs deux matchs nuls face aux Panthères du Gabon à Franceville et les Aigles maliens à Bamako. Car si les hommes de Renard avaient gagné au moins une de ces deux rencontres, ils seraient en position de force devant les Ivoiriens, leaders du groupe.

Toujours selon Al Mountakhab, le Maroc n’a plus le droit à l’erreur s’il veut se qualifier. Donc il se retrouve dans l’obligation de battre les coéquipiers de Pierre-Emerick Aubameyang à Casablanca le 7 octobre prochain pour aller disputer une finale à Abidjan contre les hommes de Marc Wilmots un mois plus tard.

Le bi-hebdomadaire rappelle les dernières fois où l’équipe nationale devait aller gagner son dernier match couperet au leader de son groupe qualificatif. En 2002, le Maroc n’a pas pu battre le Sénégal à Dakar. En 2006, Badou Zaki et les siens étaient dans l’obligation de battre la Tunisie à Rades pour se qualifier, mais ils se sont contentés du nul. Même constat en 2014 face à ces mêmes Ivoiriens.

Bref, quand les Lions partent avec une seule option (victoire pour se qualifier), ils ne réussissent pas). Donc pour aborder confortablement leur déplacement à Abidjan, les coéquipiers de Hakim Ziyech devront battre le Gabon lors de la 5e journée et espérer une défaite ou un nul des Eléphants à Bamako.

Posté le 11/09/2017 à 22h37 Par Mohamed Yassir