Formulaire de recherche

Mondial 2026: la candidature de David contre celle de Goliath

Stade MLS USA

Projet futuriste de stade MLS à Atlanta (Orlando): 83.000 places et un coût de 1.4 milliard de dollars

Projet futuriste de stade MLS à Atlanta (Orlando): 83.000 places et un coût de 1.4 milliard de dollars
© Copyright : DR

Posté le 17/08/2017 à 21h13 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. Pour espérer décrocher l’organisation de la Coupe du monde 2026, le Maroc devra mettre les bouchées doubles en termes d’infrastructures. Une tâche qui s’annonce titanesque devant le rouleau compresseur de l’Amérique du Nord.

Avec 44 villes nord-américaines proposant 49 stades pour abriter les rencontres du Mondial 2026, la candidature du Maroc se trouve sérieusement compromise. D’après le quotidien Al Akhbar du 18 août, pour espérer rester dans la course, le royaume devra se lancer dans la construction de quatre nouveaux grands stades aux normes FIFA. Actuellement, seuls les stades de Fès, Tanger, Marrakech et Agadir sont prêts à accueillir des compétitions internationales.

Selon le nouveau règlement de l’édition de 2026, les 48 sélections participantes seront réparties en 16 groupes composés de trois équipes. L’Europe sera représentée par 16 sélections, l’Afrique par 9 ou 10, l’Asie par 8 ou 9, et l’Amérique Sud et du Nord par 7 sélections.

Selon Al Akhbar, le comité mixte d’organisation du Mondial 2026 composé des États-Unis, du Mexique et du Canada s’est déjà activé en dévoilant une liste de 44 stades répartis sur 44 villes, dont 34 au pays de l’oncle Sam. Parmi les stades proposés, on trouve le titanesque Gillette Stadium situé à Foxborough, au sud de Boston, qui a déjà abrité des rencontres de la Coupe du monde de 1994, ainsi que deux finales de la coupe d’Italie délocalisées aux États-Unis.

L’autre forme de mobilisation de l’Amérique du Nord consiste en la création du comité intitulé «United Bid» qui sera chargé de bien ficeler le dossier de candidature de ces pays et d’impliquer les populations dans la campagne de promotion de leurs villes pour amener cette Coupe du monde en Amérique du Nord.

Outre les infrastructures, le nouveau cahier des charges relatif à la compétition qui sera élaboré par la FIFA comprendra de nouvelles exigences telles que le respect des normes relatives à l’environnement et des droits de l’homme.

Posté le 17/08/2017 à 21h13 Par Fayçal Ismaili