Formulaire de recherche

Nouvelle révélation sur l’affaire Al-Khelaïfi-Valcke

Khelaifi et Valcke

© Copyright : DR

Posté le 05/04/2018 à 21h57 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. Le quotidien Le Monde a pu consulter le contrat de location de la villa louée par l’ex-numéro 2 de la FIFA qui fait l’objet d’une enquête de la justice suisse pour corruption présumée. Les détails.

L’affaire remonte à fin 2017. Le PDG de beIN Media group, Nasser Al-Khelaïfi, aurait offert une villa en Sardaigne à l’ancien N° 2 de la FIFA, Jérôme Valcke, pour obtenir les droits TV des prochaines Coupes du monde 2018, 2022, 2026 et 2030. Or, selon Le Monde daté du 5 avril, la propriété appartient à Abdelkader Bessedik, un proche de Nasser al-Khelaïfi.

Bessedik aurait contracté et remboursé un prêt de cinq millions d’euros auprès du président du PSG pour en devenir propriétaire. De quoi blanchir Al-Khelaïfi, mais c’est sans compter avec le parquet suisse qui s’accroche au fait que la location de la demeure en question servait de «moyen de corruption» par al-Khelaïfi.

Dans les colonnes du quotidien français, Valcke a balayé d’un revers de main ces accusations: «Je n’ai jamais participé d’une manière ou d’une autre à la négociation de ce contrat, les négociations étaient menées par Nicolas Ericsson (directeur du département TV de la FIFA à l’époque) et son équipe.»

De son côté, Al-Khelaïfi s’est défendu en soutenant que la proposition de beIN était largement supérieure et très avantageuse pour la FIFA. Selon les révélations du Monde, Marco Viliger, directeur juridique de la FIFA à l’époque, soutient que beIn sport aurait déboursé 500 millions d’euros en 2013-2014 pour un contrat concernant 25 pays du Moyen-Orient.

Quand cette affaire a éclaté en octobre 2017, la police italienne avait perquisitionné cette villa située au nord de la Sardaigne, dont la valeur a été estimée à sept millions d’euros. Jérôme Valcke nie toujours les accusations à son encontre et son avocat a déclaré que son client «avait un bail et a payé la location».

Posté le 05/04/2018 à 21h57 Par Fayçal Ismaili