Filinfo

Foot

Pourquoi Arsenal préfère Emery à Vieira, et aux autres...

© Copyright : DR
L'après Wenger commence à aujourd'hui à Arsenal. Les Gunners ont choisi Unai Emery, ex-entraîneur du Paris Saint-Germain. Un choix surprenant compte tenu du casting de prétendants. Mais un choix qui s'explique.
A
A
Unai Emery sera bel et bien l’entraîneur d’Arsenal la saison prochaine. Le technicien espagnol l'a annoncé lui-même sur son site internet, avant de retirer le photomontage. Puis, dans la foulée, le club du nord de Londres a officialisé.

Une surprise dans la mesure où d’autres entraîneurs étaient pressentis pour remplacer Wenger. Parmi eux, Mikel Arteta, Luis Enrique, Massimiliano Allegri ou, pourquoi pas, carlo Ancelotti.

Mais beaucoup de fans des Canonniers attendait surtout l’arrivée de l’ancien joueur des Gunners et capitaine des "invincibles", Patrick Vieira, actuellement en poste au New York City FC. L'ex-capitaine de l'équipe de France est une légende dans le nord de Londres. Il connaît la Premier league comme sa poche et Arsenal est sa maison. C'est un choix naturel.

Pourtant, Vieira est annoncé du côté de Nice, alors qu'il a été chaudement recommandé au board d'Arsenal par Arsène Wenger himself. 

En choisissant Emery, les dirigeants londoniens choisissent un très bon technicien du football, mais un manager qui n'aura jamais l'envergure de celui qui a présidé aux destinées d'Arsenal pendant 22 ans. Alors que Patrick Vieira, lui, possède le profil idoine pour perpétuer l'héritage de son mentor.

Alors pourquoi Emery et pas Vieira? Sans doute parce que les Gunners sont devenus frileux à plusieurs titres. Financièrement d'abord, leur activité sur le marché des transferts le prouve. C'est un club qui n'a plus fait de gros coup depuis des années. Et pas par manque de cash. Unai Emery est "moins cher" que beaucoup de ses concurrents et ça fait de lui un candidat idéal.

L'autre objet de la frilosité d'Arsenal peut s'interpréter comme suit: cherchez un manger noir en Premier League. Il n'y en a pas. L'élite anglaise brille par son conservatisme en la matière. Le club qui a hébergé un temps Sol Campbell, Nicolas Anelka et Thierry Henry tenait une formidable occasion de tordre le coup aux préjugés, de changer la donne, en optant pour Patrick Vieira. Mais il a choisi de s'asseoir dessus, par facilité et par conformisme...

 

Par Kamal Mountassir
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Premier League
Foot Premier League

Vidéo: Guendouzi battu par City

Foot Premier League
Foot Premier League

Vidéo: Liverpool sans pitié pour son come-back

Foot Premier League
Foot Premier League

En direct: Arsenal-Manchester City à 16h


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

La RSB cherche la qualification au Soudan

Les nuages s'amoncellent sur le Kawkab

Tu as vu la Supercopa? Non, Messi

La Fifa rétrograde en matière d'éthique

William Jebor: fausse fuite et fin

WAC-Al Ahly Tripoli prévu au Caire ?

Le salaire ou la grève, menacent les joueurs

Guardiola aime B. Mendy à la mort

Garrido joue à fond la Coupe arabe

Une footeuse se fait la belle en Espagne