Formulaire de recherche

Qualification pour le Mondial: les raisons d’y croire encore

russie 2018

© Copyright : DR

Posté le 06/09/2017 à 22h51 par Fayçal Ismaili

Kiosque360. Condamné à gagner contre le Gabon et la Côte d’Ivoire pour arracher la qualification au Mondial 2018, le Maroc à des cartes à faire valoir pour réussir l’exploit. Voici lesquelles.

Dans son édition du 7 septembre, le quotidien Al Massae fait preuve d’un optimisme mesuré, mais démontre que la qualification est encore à la portée des Lions de l’Atlas.

Selon Al Massae, le Maroc est acculé et se trouve dans l’obligation de battre le Gabon, le 7 octobre à Casablanca, et ramener une autre victoire à l’extérieur contre la Côte d’Ivoire le 6 novembre.

Or, à y regarder de plus près, le Maroc n’a pas encaissé de but sur les quatre matchs disputés contre le Mali, la Côte d’Ivoire et le Gabon. Ce qui en fait la meilleure défense du groupe C

D’autre part, la Côte d’Ivoire en déplacement au Mali, le 6 octobre, n’est pas à l’abri d’une surprise. Et pour cause, les rencontres entre les deux sélections sont très disputées puisqu’il s’agit d’un derby régional, et un résultat en défaveur des Éléphants peut être très bénéfique pour les lions de l’Atlas.

En revanche, la stérilité de l’attaque marocaine quand il s’agit de se déplacer à l’étranger est criante, alors que les Ivoiriens et les Gabonais ont engrangé plusieurs points en déplacement.

Selon Al Massae, les attaquants marocains gagneraient à faire preuve d’efficacité et de réalisme dans la surface de réparation, car le Maroc est passé à côté du match de Bamako en raison des ratés de M’barek Boussoufa, Oussama Tannane, et surtout de Hakim Ziyech sur penalty.

Le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa, qui a fait le déplacement au Mali avec la délégation marocaine, a tenu à rassurer et enlever la pression aux joueurs.

Selon Al Massae, Lekjaa s’est adressé personnellement à Hakim Ziyech avec ces mots: «Si tu veux être un grand joueur, il faut traverser ce genre de moments difficiles, rater des penaltys et continuer à jouer et avancer. Tu es un bon joueur et tu seras encore plus grand en assumant les échecs.»

Posté le 06/09/2017 à 22h51 Par Fayçal Ismaili