Formulaire de recherche

Quels intérêts vise Ahmad Ahmad au Maroc?

Ahmad Ahmad au Stade de Berkane

Ahmad Ahmad en visite au Stade municipal de Berkane

Ahmad Ahmad en visite au Stade municipal de Berkane
© Copyright : DR

Posté le 14/02/2018 à 23h50 par Fayçal Ismaili (Mise à jour le 14/02/2018 à 23h59)

Kiosque360. La relation entre le Maroc et le président de la CAF, Ahmad Ahmad restera-t-elle la même en cas et après l’organisation probable de la CAN 2019 au royaume?

Dans un article publié sur sa Une sportive, le quotidien Assabah daté du 15 février se demande si le président de la CAF, Ahmad Ahmad, va se retourner contre le Maroc après 2019. Dans le texte, le journal explique que des sources informées rapportent que tout ce qui lie Ahmad Ahmad au Maroc, ce sont des intérêts. Pour le président de la CAF, le royaume est le pays qui peut sauver son mandat à la tête du football africain. Les infrastructures du Maroc lui permettent d’organiser les grands évènements footballistiques du continent.

D’ailleurs, pour le dernier Championnat d’Afrique des nations, organisé dans 4 villes marocaines, en est la preuve, car c’est le Kenya qui devait abriter la compétition initialement. Le quotidien précise que le président de la CAF subit de grandes pressions dernièrement de la part des amis de son prédécesseur, le Camerounais Issa Hayatou, et c’est le Maroc qui l’a sauvé jusqu’ici.

Pour la prochaine CAN, le Cameroun est le pays désigné depuis quelques années déjà. Sauf que dernièrement, il semblerait que ce pays éprouve quelques difficultés à être dans les temps et les travaux avancent difficilement. Le Maroc pourrait donc, une nouvelle fois, être un joker de la CAF pour organiser cette première édition à 24 équipes.

Pour le moment, rien n’est encore décidé et le royaume ne s’est pas prononcé à propos de cette organisation. Cependant, le quotidien craint qu’après l’organisation de la CAN 2019, le président de la CAF se retourne contre le Maroc. Selon des sources citées par le journal, Ahmad Ahmad cherchera après 2019 à rééquilibrer quelque peu ses relations avec les autres nations pour se préparer à un second mandat.

Posté le 14/02/2018 à 23h50 Par Fayçal Ismaili