Filinfo

Foot

Quels adversaires pour les Lionceaux?

© Copyright : DR
Les Lionceaux de l’Atlas de Jamal Sellami, qui en ce moment même participent au tournoi de l'UNAF, connaissent désormais leurs adversaires à la CAN U17 qui se tiendra en Tanzanie.
A
A

Les Lionceaux de l’Atlas de Jamal Sellami connaissent désormais leurs adversaires à la CAN U17 qui se jouera en Tanzanie, du 12 mai au 26 mai 2019.

Ils sont dans le groupe B avec le Cameroun, la Guinée et le Sénégal. Le Groupe A compte la Tanzanie, le Nigeria, l’Angola et l’Ouganda. Les pays qui atteindront les demi-finales de la CAN seront qualifiés pour la Coupe du Monde.

Les Lionceaux participent en ce moment même au tournoi de l’UNAF à Marrakech. Le tournoi qui a commencé aujourd’hui prend fin le 27.

La sélection nationale s’est retrouvée dans le même groupe que la Tunisie et la Mauritanie. Les hommes de Jamal Sellami ont inauguré le tournoi par une victoire par 4-1 face à la Tunisie.

Le groupe B, lui, se constitue du Sénégal, de la Libye et de l’Algérie.

 

 

 

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Lionceaux de l’Atlas: veillée d’armes avant la CAN

Foot Lionceaux de l'Atlas
Foot Lionceaux de l'Atlas

Les Lionceaux de Sellami préparent la CAN

Foot EN Olympique
Foot EN Olympique

Wotte presse Renard de lui «prêter» ses Lions


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Baptême de feu olympique pour les U23

Où vont les milliards du football marocain?

Place aux quarts des coupes africaines

Zidane rouvre le dossier Sadio Mané

124 clubs de basket soutiennent Aourach

La supercoupe, dernier espoir pour le Raja

Du renfort chez les Lionceaux U23

Mbappé et le Real négocient déjà

Le DHJ très remonté contre la FRMF

La sévérité de la FRMF décriée