Filinfo

Foot

Une affaire de pédophilie à l'Atlético Madrid

© Copyright : DR
Ancien formateur à l'Atlético de Madrid, Manuel Brinas a reconnu avoir agressé sexuellement un mineur. Une affaire vielle de 45 ans.
A
A

Manuel Brinas, fondateur et directeur de l’école de foot de l’Atlético de Madrid durant 20 ans, a reconnu une agression sexuelle sur un mineur. Selon El Pais, les faits remontent à 1973 du temps où il était moine marianiste au Colegio Hermanos Amoros.

Brinas affirme qu’il s’agit d’un cas isolé, mais quatre autres personnes (âgées de 10 à 14 ans au moment des faits) ont accusé Brinas, dans les pages d’El Pais, le qualifiant de "prédateur sexuel".

Brinas, 88 ans, collaborait, récemment encore, avec le club avant d’être licencié et de faire l’objet d’une enquête interne. L’Atlético agit ainsi afin "d’écarter toute existence de ce type d'abus pendant qu'il occupait son poste au centre de formation".

L’agresseur est connu comme étant celui qui a révélé le Champion du Monde Fernando Torres chez les Colchoneros.

 

 

Par Salwa Hosni
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions
Foot Ligue des champions

Pas de sanction pour Simeone après son geste obscène

Foot Real Madrid
Foot Real Madrid

Bras d'honneur de Gareth Bale: le verdict est tombé

Foot Fait divers
Foot Fait divers

Ounajem rassure les Wydadis après son accident


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Du renfort chez les Lionceaux U23

Mbappé et le Real négocient déjà

Le DHJ très remonté contre la FRMF

La sévérité de la FRMF décriée

Le WAC évite les grands en quarts

Les offres pour la VAR prolifèrent

Les agresseurs d'arbitres mis hors-jeu

La RSB peut qualifier le Raja ou le Husa

La douleur des All Blacks néo-zélandais

Abdelmalek Abroun face au MAT