Filinfo

Foot

Vidéo. Ahmad Ahmad juge sévèrement les mondialistes

Lors de la conférence de la CAF sur le Mondial, Ahmad Ahmad a livré son opinion sur la participation africaine ainsi que sur la capacité organisationnelle des pays africains.

Ahmad Ahmad, le président de la CAF, a donné une déclaration aux journalistes, lors de la conférence que la CAF organise actuellement à Rabat pour faire le bilan de la participation des pays africains à la Coupe du Monde 2018.

Ahmad Ahmad trouve que le Mondial russe est "très riche en enseignements à tous les niveaux". Il s’est dit "d’abord surpris par l’ampleur des moyens mis en place pour l’organiser". Il a globalement félicité les Russes qui ont fait de leur leur pays "une terre d’accueil générale".

Pour lui cette coupe du monde est"une des plus réussies et des plus belles".

La capacité organisationnelle des pays africains
Cette réussite interpelle la CAF parce qu’elle l'oblige à se pencher "sur nos propres limites et notre façon d’agir" lorsqu’il s’agit d’organiser des épreuves continentales et internationales.

"Il faut être prudent lorsque nous parlons de nos capacités dans l’organisation et être réalistes", a déclaré le président d’un ton strict. Il affirme qu’il est important d’être "conscient de nos possibilités, de nos limites et surtout de nos faiblesses"

Ahmad Ahmad a ensuite évoqué les lacunes à combler et les comportements à bannir: "il ne faut plus avoir les yeux plus gros que le ventre. Il ne faut plus candidater pour organiser une compétition en misant sur d’hypothétique moyens absents au moment de l’envoi de candidature. Il ne faut plus concourir sans évaluer les limites de son propre pays. Il ne faut plus miser sur le virtuel".

"Personne, surtout la plus grande opinion internationale" ne fera de cadeaux à l’Afrique a-t-il expliqué.

Des questions sur la participation africaine
"Depuis 48 ans, nous ne l’avons jamais gagné, nous n’avons jamais dépassé les quarts de finale et jamais un joueur n’a fini numéro 1. La coupe du Monde 2018 est même pire", a déclaré le dirigeant qui a expliqué comment les sélections africaines ont inscrit, en 15 matchs, 15 buts seulement, 1 c.s.c et ont encaissé 26 buts. Ahmad Ahmad parle d’un bilan "maigre et inquiétant".

Le président ne comprend pas cette "déroute". "Les joueurs africains garnissent les clubs les plus prestigieux de la terre, notre continent est perçu comme un réservoir universel de talents, nous disposons d’un public que la terre entière nous envie", a analysé le Malgache.

"S’agit il de dysfonctionnements dans la préparation, dans le format de qualification, de gestion ou de management des effectifs? Je souhaite que ce soit vous, coachs d’expériences, légendes et experts, qui donnent des réponses et de bons outils pour redresser la barre", a conclu Ahmad.

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Economie
Foot Economie

Combien a rapporté le Mondial à la Russie?

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Koscielny, l'homme qui souhaitait le malheur des Bleus

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

La Fédé Comorienne va-t-elle porter plainte?


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

La Cour des comptes scrute l'argent du sport

Le Raja cherche à renflouer ses caisses

La VAR bientôt dans cinq stades marocains

Offre stratosphérique de MBS pour Manchester

Le Caire ne plaît plus à Ahaddad

Le MAT veut traîner le Raja devant le TAS

La FRMF cherche match amical en Europe

Les Merengues ploient sous la crise

Une 5e journée de Botola étalée sur 3 jours

Le Maroc combatif aux JO de Buenos Aires