Filinfo

Foot

Vidéo. Bagarre entre Diallo et Lekjaa, à chacun sa version

Un clash a eu lieu samedi dernier au stade Houphouët-Boigny entre le président de la FRMF, Fouzi Lekjaâ et son homologue ivoirien Sidy Diallo. Ce dernier a donné sa version des faits. Des propos qui ne disent pas tout sur l'origine de cette prise de bec affirme un membre de la FRMF. Détails.

Le président de la fédération ivoirienne de football, Sidy Diallo, raconte sur le site officiel de la FIF que Fouzi Lekjaâ a refusé de répondre à sa poignée de main quelques minutes avant le début de la rencontre entre la Côte d'Ivoire et le Maroc, en lui affirmant: "Je ne te salue pas aujourd’hui, ni demain et même après-demain".

Énervé par "l'attitude provocatrice" de son homologue, le dirigeant ivoirien a ensuite demandé à Fouzi Lekjaâ de quitter la loge VIP. "Si on peut regretter que le patron du football ivoirien n’ait pas pris suffisamment de hauteur ou même fait preuve de dépassement de soi pour ne pas répondre à l’attitude inélégante et irresponsable, voire un tantinet provocatrice de l’un des principaux soutiens de l’actuel président de la CAF, Ahmad Ahmad, on ne saurait en retour exonérer le patron du football marocain dont le mauvais comportement est à la base de cette altercation", écrit la FIF.

Le site officiel explique que "le clash qui a eu lieu samedi n'est que le prolongement de la guerre des clans qui a eu lieu lors de la dernière élection à la CAF, entre le Camerounais Issa Hayatou et le Malgache Ahmad Ahmad".

La FIF affirme "que le comportement de Fouzi Lekjaâ doit être condamné puisqu'il est indigne d’un troisième vice-président de la CAF".

Par ailleurs, le communiqué de la FIF précise que la FIFA va ouvrir une enquête sur cet incident qui a fait une grosse polémique sur les réseaux sociaux.

Contacté par la rédaction de Le360 Sport, un membre de de la FRMF a confirmé l'incident qui s'était produit lors du match Côte d'Ivoire-Maroc. Cette même source nous a expliqué que le clash entre les deux présidents de fédérations, marocaine et ivoirienne, est dû à plusieurs facteurs.

Fouzi Lekjaâ reproche à son homologue ivoirien le fait de ne pas être présent à l'arrivée de la délégation marocaine à l'aéroport, ni de ne pas lui avoir rendu ne serait-ce qu'une visite de courtoisie dans son lieu de résidence. Pourtant, lors du match aller à Marrakech, Sidy Diallo a eu droit à une invitation à un dîner offert par la FRMF.

Lekjaâ n'a pas également apprécié le nombre réduit de places attribuées aux membres fédéraux, mais surtout aux supporters marocains, venus nombreux à Abidjan. La FRMF avait demandé 8000 tickets, les Ivoiriens ne lui ont finalement consenti que 400, ce qui a mis en colère Lekjaâ.

Autre chose, le traitement réservé par les forces de l'ordre au public marocain a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Les supporters ont difficilement accédé au stade et ont même eu droit à des tirs de grenades lacrymogènes.

Mais d'après un membre fédéral, les choses sont rentrées dans l'ordre entre les deux hommes qui se sont réconciliés. Après, il ne s'agit que de football.

Par Hajar Toufik
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Exclu360. Vidéo: Seedorf n’a pas peur des Lions

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

BoutaÏb et En-Nesyri forfaits contre le Cameroun?

Foot CAN 2019
Foot CAN 2019

Les Lions de l’Atlas qualifiés si…


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

L'enfer du décor. Talib et le DHJ: ces dirigeants ingrats!

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Kiosque

Les coachs continuent à défiler au WAC

Sale temps pour les entraîneurs en Botola

Azaro risque gros en Egypte

Une femme de TV à la tête du foot anglais

Idrissi est Lion, reste l’aval de la FIFA

Un rythme effréné attend les clubs marocains

Les Ultras anti-Fakhir s'expliquent

Le Qatar associerait l’Iran au Mondial 2022

Où va l'argent du football?

La menace de trop contre Fakhir