Filinfo

Foot

Vidéo. Transfert: l'astre Iniesta se lève au Japon

Après 22 ans au Barça et 32 titres majeurs, Andrés Iniesta a quitté la Catalogne pour un nouveau défi. Le génie a choisi le Japon, et le club du Vissel Kobe, où évolue un certain Lukas Podolski.
Sa "nouvelle maison" sera le Japon. L'emblématique capitaine du FC Barcelone Andrés Iniesta a annoncé mercredi soir son départ à 34 ans pour le pays du soleil levant après 22 ans passés au Barça, son club de toujours.

Attendu depuis ses adieux en larmes dimanche au Camp Nou, ce départ a été officialisé sur Twitter par le mythique numéro 8 du Barça.

"En route pour ma nouvelle maison avec mon ami H. Mikitani", a écrit le milieu de terrain, au-dessus d'une photo le montrant dans un avion, visiblement un jet privé, aux côtés de Hiroshi Mikitani. Un message suivi d'émojis représentant notamment le drapeau japonais et un ballon de football.

Patron du géant japonais du commerce en ligne Rakuten, sponsor maillot du Barça, cet homme d'affaires est aussi propriétaire du club japonais Vissel Kobe, où Iniesta doit signer, selon plusieurs médias, après avoir passé 22 années au Barça, son club de toujours.

Alors que de nombreux footballeurs choisissent plutôt la Chine pour finir leur carrière, ce transfert va représenter un gros coup du Japon sur le marché des transferts. Si le championnat japonais a attiré le Brésilien Zico ou l'Anglais Gary Lineker dans les années 1990, il a peiné à attirer de grands noms ces dernières années.

A Kobe, Iniesta rejoindrait dans la cité portuaire japonaise l'ex-star du football allemand Lukas Podolski, arrivé l'an dernier en provenance de Galatasaray.

Andrés Iniesta avait annoncé fin avril qu'il quitterait en mai le FC Barcelone, le seul club professionnel où il ait évolué depuis son arrivée à 12 ans. Après avoir laissé planer le doute sur sa destination, il avait indiqué la semaine dernière hésiter entre la Chine et le Japon.

Iniesta, producteur de vin dans sa région natale de Castille-La Manche et désireux de trouver des débouchés à l'export, a reconnu que l'aspect économique de l'offre était "relativement important".

La radio espagnole Cadena SER a évoqué un salaire de 25 millions d'euros nets par saison et un contrat de trois saisons avec le club de J-League.

32 titres avec le Barça

Qualifié de "patrimoine de l'humanité" par son ancien entraîneur Luis Enrique, le natif de Fuentealbilla est une icône à Barcelone qui lui avait offert en octobre le privilège de signer un contrat "à vie", pratique rarissime dans le football lui permettant de choisir lui-même quand tirer sa révérence.

Au total, Iniesta aura remporté 32 titres sous le maillot blaugrana, dont neuf Liga en incluant la dernière et quatre Ligues de Champions.

Son départ dimanche a été chargé en émotions au Camp Nou. "C'est un jour difficile mais ces vingt-deux années ont été merveilleuses. Cela a été une fierté et un plaisir de défendre et de représenter ce blason, qui est pour moi le meilleur du monde", avait déclaré le joueur.

Resté célèbre pour son but en finale de la Coupe du Monde 2010 face aux Pays-Bas (1-0), Iniesta a par ailleurs réalisé un triplé historique avec la Roja en remportant ce Mondial et deux titres de champion d'Europe en 2008 et 2012.

En Russie, Iniesta disputera sous le maillot espagnol la dernière compétition en sélection de son immense carrière. Avant de dire définitivement adieu à l'Espagne.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Mercato
Foot Mercato

Mercato: le FUS rapatrie une star

Foot Mercato
Foot Mercato

Eden Hazard enfonce la porte du Real Madrid

Foot Antoine Griezmann
Foot Antoine Griezmann

Piqué crée un coup de "Grizou" au Barça


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Soyons réalistes, demandons un miracle!

Kiosque

La Roja toise les Lions de l'Atlas

Alerte au 'séisme' au sein de la FRMF

Dirar et Boutaib titulaires face au Portugal

Le mondial a aussi un pied dans les plats

ça se complique pour les Lions de l'Atlas

Amrabat: le bon réflexe du docteur El Hifti

Les fans marocains en force en Russie

Le Barça piqué au vif par le Niet de Grizou

Le Mondial sur beIN, c'est gratuit!

Maroc-Iran: avantage aux lions de l’Atlas