Filinfo

Foot

Vidéo. WAC-TPM: les Rouges remportent la Supercoupe africaine

Le Wydad de Casablanca a battu le TP Mazembe (1-0), ce samedi au complexe Mohammed V. Les Rouges décrochent ainsi la première Supercoupe de leur histoire, confirmant leur domination sur la scène africaine.
Chaque spectateur présent dans les tribunes du complexe Mohammed V pourra se dire qu'il y était. Ce samedi 24 février 2018 est appelé à rentrer dans les annales du club casablancais comme une date historique, celle d'un match d'exception au cours duquel les Tighazoui, Nekkach et autres Attouchi ont offert au Wydad sa première Supercoupe africaine.

Les hommes de Faouzi Benzarti ont battu les Congolais du TP Mazembe sur le score de 1 but à zéro. L’unique réalisation de cette rencontre a été l’oeuvre d'Amine Tighazoui à la 83e minute.

Trois mois seulement après leur victoire en finale de la Ligue des Champions, les Rouge et Blanc viennent confirmer avec ce succès, le renouveau du football marocain sur la scène africaine. Que demande le peuple!

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Horoya et son entraîneur craignent le Wydad

Foot Ligue des champions CAF
Foot Ligue des champions CAF

Le Wydad s’en sort (très) bien

Foot Compétitions CAF
Foot Compétitions CAF

LDC et Coupe de la CAF: quel tirage pour les Marocains?


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

La 23e journée sera jouée le 1er avril

Bataille juridique sur le transfert de Sala

Un Onze-type marocain contre l'Argentine

Les U23 n’iront pas à Tokyo

7000 tickets pour le match DHJ-WAC

Messi a blessé ses supporters marocains

Ziyech, le présent-absent à Tanger

Après le match, la bagarre à Temara

Messi absent à Tanger, c'était écrit

Même les Fennecs manquent un chef de file